Wallonie: Rudy Demotte se distancie de Jean-Claude Marcourt

Rudy Demotte (PS) remet les choses au point
Rudy Demotte (PS) remet les choses au point - © Archive Belga / Virginie Lefour

Les Déclarations de politique régionale et communautaire ne mentionnent nulle part la régionalisation de l'enseignement, a fait remarquer mercredi le ministre-président wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte (PS), à la tribune du parlement régional, en réponse à une question de Willy Borsus (MR).

Le ministre PS de l'Economie a relancé mardi le débat sur l'avenir de la Fédération Wallonie-Bruxelles, en plaidant cette fois-ci pour une régionalisation de l'enseignement obligatoire, compétence considérée comme la plus importante de la Fédération.

"Les déclarations de M. Marcourt n'engagent pas le gouvernement wallon ni celui de la Fédération Wallonie-Bruxelles", a souligné Rudy Demotte.

Le ministre-président a rappelé le rôle de garant qu'il jouait à l'égard des Déclarations de politique régionale et communautaire. Il n'entend pas commenter toutes les déclarations qui seraient faites sur ce sujet. Il est légitime que des réflexions aient lieu sur l'avenir des institutions, estime-t-il, mais selon lui, "la priorité absolue est le redéploiement économique".

"Qui préside aujourd'hui le gouvernement wallon?", s'est demandé pour sa part le chef de groupe de l'opposition.

Le député MR s'est inquiété de l'effet des déclarations de Jean-Claude Marcourt dans le contexte communautaire belge. Une régionalisation de l'enseignement impliquerait de changer la loi spéciale de réformes institutionnelles, voire la Constitution, et à tout le moins un décret spécial.

"Ce que plaide votre collègue vise-t-il à ramener le débat communautaire au coeur de l'actualité? On se retourne vers les Flamands pour leur dire: nous vous demandons un certain nombre de choses. L'urgence aujourd'hui n'est-elle pas ailleurs? N'est-ce pas un écran de fumée du ministre de l'Economie?", a-t-il ajouté.


Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK