Voyages non essentiels à nouveau autorisés : 2 Belges sur 3 jugent la levée de l'interdiction prématurée

Deux personnes sur trois jugent prématurée la levée de l'interdiction des voyages non essentiels à l'étranger. Pour une personne sur trois, la réouverture des terrasses, prévue le 8 mai, intervient également trop tôt, ressort-il de la grande enquête de l'UAntwerpen sur la vie en temps de pandémie.

Quelque 22.000 personnes ont participé mardi dernier à l'enquête menée par l'université anversoise, en collaboration avec l'UHasselt, la KULeuven et l'ULB. Les chercheurs ont sondé les participants sur leur perception des assouplissements et les adaptations éventuelles pour les personnes vaccinées.

66% de Belges défavorables à autoriser les voyages à l'étranger

D'après les résultats présentés par cette étude, une majorité de Belges n'est pas forcément lassée de s'évader dans notre plat pays. Pour 66% des répondants, la levée de l'interdiction des voyages non essentiels à l'étranger ce 19 avril intervient trop tôt ou beaucoup trop tôt.


►►► À lire aussiFin de l'interdiction des voyages non essentiels : où peut-on voyager sans quarantaine au retour ?


Cet assouplissement qui emblait pourtant attendu tant par la population que par le secteur avait aussi été mal reçu du côté des agences de voyages. Elles dénonçaient des "demi-mesures qui ne font pas avancer les choses". Car si les voyages à l'étranger sont désormais autorisés, ils restent déconseillés par les autorités de notre pays.

Les terrasses qui divisent

Autre changement majeur dont le comité de concertation a tracé les contours le vendredi 16 avril : la réouverture des terrasses dès le 8 mai. On sait depuis ce 23 avril qu'elles pourront accueillir quatre clients par table, et ce, jusque 22h.


►►► À lire aussi Coronavirus : la police verbalisera les établissements qui ouvriront leur terrasse le 1er mai à Liège


Cette nouvelle mesure de retour partiel à notre "vie d'avant" ne fait pas l'unanimité. 34% des sondés jugent la mesure prématurée, tandis que 33% l'estiment tardive. Difficile donc de donner une appréciation générale de cette réouverture.

Les hommes, les jeunes et les plus défavorisés plus critiques

Les résultats montrent que les hommes, les jeunes adultes (âgés entre 18 et 35 ans) et les personnes en difficulté financière sont plus enclins à trouver que les assouplissements interviennent trop tard. Les femmes, les personnes isolées ou en difficulté financière semblent attacher plus d'importance à la réouverture des métiers de contacts. Les jeunes adultes souhaiteraient que le couvre-feu soit remplacé par une interdiction de rassemblement.

Au sujet d'éventuelles adaptations pour les personnes vaccinées, les avis sont partagés. Si 38% des sondés s'y opposent, un peu plus de la moitié (52%) soutient au moins une mesure d'assouplissement. Bien souvent, il s'agit de l'élargissement de la bulle sociale à plus d'un contact à l'intérieur d'un foyer.


►►► À lire aussiCoronavirus en Belgique: 68% des jeunes ne respectent plus les règles de distanciation, selon la dernière enquête Sciensano


Enfin, 78% des répondants ayant reçu au moins une première dose de vaccin et 63% de ceux complètement vaccinés affirment respecter encore pleinement les règles de sécurité sanitaire.

Voyages non essentiels autorisés: JT 20/04/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK