Voyage annulé pour cause de coronavirus: les vacanciers pourront choisir d'être remboursés

De nombreux voyages ont été annulés
2 images
De nombreux voyages ont été annulés - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Que peuvent faire les vacanciers qui ont vu leur voyage annulé en raison des mesures prises pour freiner la propagation du coronavirus? La question taraude pas mal de monde. Une mesure a été annoncée ce mercredi matin par la ministre fédérale de l'Economie et des Consommateurs Nathalie Muylle sur Radio 2 (VRT): à savoir que les consommateurs pourront bénéficier d'un remboursement dans un délai de 12 mois. La mesure a vite été critiquée et la ministre Muylle permet finalement le remboursement d’un voucher non utilisé après 12 mois, a-t-elle expliqué cette fois dans un communiqué. Ces mesures supplémentaires ont été prises en concertation avec les secteurs du voyage, assure le cabinet ministériel.

"Beaucoup de gens veulent utiliser les vouchers pour réserver un nouveau voyage au cours de l’année prochaine. Pour ceux qui n’ont pas cette possibilité, nous prévoyons un droit de remboursement. Je pense par exemple aux personnes qui doivent subir une opération ou qui doivent suivre une revalidation l’année prochaine. Après une période de 12 mois, les consommateurs peuvent demander une remboursement et l’organisateur du voyage est alors tenu à effectuer ce remboursement. Nous sommes convaincus que c’est une solution positive aussi bien pour le consommateur que pour le secteur du voyage" explique Nathalie Muylle.

Un remboursement dans les 6 mois

Concrètement les mesures suivantes ont été prises:

- Une dérogation temporaire à l'obligation de rembourser au voyageur les voyages à forfait annulés, tant si l'annulation émane du voyageur lui-même que de l'organisateur de voyages, à condition que ce dernier lui remette un voucher (bon) d'une valeur monétaire égale et valable pendant au moins un an, avec lequel le voyageur peut acheter un autre voyage à forfait ou des services de voyage. 

- Après 12 mois, les voyageurs auront le droit de demander le remboursement de leur voyage. L’organisateur du voyage est alors tenu à procéder au remboursement dans les 6 mois. Selon le cabinet, cela doit permettre aux personnes qui ne peuvent pas remettre leur voyage à l’année prochaine, de récupérer leur argent. 

- Si le voyageur opte pour un bon (voucher), la Ministre Muylle prévoit également que les voyageurs qui utilisent leur voucher puissent choisir librement comment ils vont l’utiliser. Il revient alors au vacancier de choisir quel voyage alternatif il veut réserver et quand il veut partir. En d'autres termes, l’organisateur de voyage ne peut donc pas obliger le voyageur de choisir la même compagnie aérienne, le même hôtel ou le même guide.

Un feuilleton à rebondissements...

Jusqu'à présent, seul l'octroi d'un bon (voucher) pour un prochain voyage était accordé.

Fin mars, Nathalie Muylle avait décidé que le secteur du voyage devrait offrir au consommateur un bon (voucher) pour compenser l'annulation.

Les clients disposaient ainsi de la possibilité de réserver un nouveau voyage à une date ultérieure, au même prix. Aucun remboursement n'était prévu et les voyageurs devaient accepter le voucher.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


Ce dispositif a été vivement critiqué par Test-Achats. L'organisation de défense des consommateurs estimait d'une part que cette mesure était contraire au droit européen, et, d'autre part, que d'autres mesures, moins attentatoires aux droits des consommateurs auraient pu être prises.

Un projet d'arrêté royal est prêt et sera présenté cette semaine au gouvernement.

Le 14 mars, les voyages à l'étranger étaient déjà vivement déconseillés (JT)