Vous n'avez pas suivi l'actu politique ce week-end? La crise expliquée en 4 actes

Vous n'avez pas suivi l'actu? Le week-end de crise politique expliqué en quatre actes
Vous n'avez pas suivi l'actu? Le week-end de crise politique expliqué en quatre actes - © Tous droits réservés

Le pacte de l'ONU pour les migrations aura eu raison des ministre N-VA dans le gouvernement Michel. Résumé d'un week-end mouvementé en quatre actes.

Acte 1 : La N-VA quitte le Conseil des ministres 

Comme de coutume, un Conseil des ministres a lieu vendredi matin. Les ministres du gouvernement fédéral s'accordent sur une bonne dizaine de points. Mais le pacte de l'ONU pour les migrations et la visite de Charles Michel à Marrakech ne sont pas à l'ordre du jour. La N-VA demande alors d'organiser un Conseil des ministres spécial sur ces questions avant la fin du week-end. 

Le lendemain, le Premier ministre réunit dès 20 heures ses ministres au 16, rue de la Loi pour un Conseil des ministres très attendu. Au menu de cette réunion : le pacte sur les migrations de l'ONU. C'est la première fois que les ministres se réunissent pour aborder officiellement ce sujet. Mais la réunion ne dure pas longtemps: environ 40 minutes plus tard, Theo Francken et Jan Jambon quittent cette réunion. Un compromis s'avère impossible.

Acte 2 : Charles Michel constate que la N-VA a quitté la majorité

Vers 21h15, la N-VA organise une conférence de presse pour annoncer qu'elle ne veut pas signer le pacte de l'ONU, ils se contenteraient d'une abstention en guise de compromis. "Si Charles Michel part demain à Marrakech, c'est à la tête de la coalition suédoise. Mais dès qu'il atterrira, ce sera comme Premier ministre de la 'coalition Marrakech'", déclare Bart De Wever, entouré des 5 ministres/secrétaires d'État fédéraux de la N-VA.

>> Lisez aussi: Crise gouvernementale: la N-VA menace le Premier ministre: "S'il part à Marrakech..."

Un peu plus d'une heure plus tard, Charles Michel tient à son tour une conférence de presse pour clarifier le point de vue du gouvernement. Il surprend en prenant acte de la sortie de la N-VA du gouvernement: "La N-VA est partie du Conseil des ministres ce samedi soir. Je constate qu'elle a quitté la majorité suédoise."

Il affirme également qu'il ira bel et bien à Marrakech pour "défendre au nom du gouvernement, la parole de la Belgique". "Je prendrai l'avion comme chef du gouvernement d'une coalition responsable orange bleue."

Acte 3 : Les postes ministériels sont redistribués

Dimanche, la Belgique se réveille dans le flou : les ministres N-VA sont-ils toujours en fonction ? Le matin, Jan Jambon déclare : "Je ne sais pas si je suis toujours ministre, mais c'est au maximum mes dernières heures.

Entre-temps, les ministres et secrétaires d'État N-VA envoient leur lettre de démission à Charles Michel. Jan Jambon, Johan Van Overtveldt, Sander Loones, Zuhal Demir et Theo Francken ne font plus partie du gouvernement.

Le Premier ministre se rend auprès du Roi pour faire rapport de la situation politique. Par communiqué, le Palais indique que le Roi a accepté la démission des ministres et secrétaires d'État N-VA et nomme les secrétaires d'Etat Philippe De Backer (Open-VLD) et Pieter De Crem (CD&V) comme ministres. 

>> Lisez aussi: Voici la nouvelle composition du gouvernement sans la N-VA

Acte 4 : Trois priorités pour Michel II

Vers 15 heures, Charles Michel convoque les nouveaux ministres du gouvernement pour prendre une décision définitive sur la répartition des postes. Il tient ensuite une conférence de presse pour présenter les trois priorités de son gouvernement remanié : l'économie, la justice et la politique climatique.

Il indique aussi qu'il souhaite une collaboration constructive avec le Parlement fédéral et les partenaires sociaux. De leur côté, les partis de l'opposition ne sont pas prêts à soutenir la majorité orange bleue à n'importe quel prix

>> Lisez aussi: Fin de la Suédoise: "Le PS ne signera pas de chèque en blanc", déclare Ahmed Laaouej 

Après un week-end très mouvementé, le Premier ministre s'envole finalement dimanche soir pour Marrakech.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK