Voter: une obligation très problématique quand on est prisonnier

Les prisonnniers qui en ont le droit sont opbligés de voter
Les prisonnniers qui en ont le droit sont opbligés de voter - © Archive RTBF

Le 25 mai, tous les électeurs belges seront appelés aux urnes. Et pour certains, accomplir son devoir est plus difficile que pour d'autres. C'est le cas des détenus. On ne peut pas les emmener à leur bureau de vote. Difficile aussi d'installer des bureaux et isoloirs dans les prisons. Malgré tout, certains détenus votent, même s'ils ne sont pas nombreux.

Voter est un droit constitutionnel, il est même chez nous une obligation. Et le fait d’être détenu ne prive pas de ce droit celui qui est derrière les barreaux, sauf s’il en a été expressément privé dans le cadre d’un jugement de condamnation.

Reste qu’en étant en prison, ce droit n’est pas nécessairement évident à exercer, explique Vanessa De Greef, juriste et vice-présidente de la Ligue des droits de l’Homme : "L’effectivité du droit de vote des détenus est encore très problématique vu qu’il faut voter par procuration, ce qui n’est pas du tout facile: il faut trouver quelqu’un qui va voter au bureau de vote pour vous, recevoir l’attestation de détention par la direction de la prison, remplir le document des autorités publiques pour en effet donner cette procuration. Donc tous ces documents, tous ces éléments sont en effet à réunir par le détenu qui, en général, dans sa cellule, a du mal évidemment à les réunir".

Des difficultés auxquelles s’ajoute le fait que, de par leur condamnation, certains n’ont plus de domicile en-dehors de la prison. Ils ne reçoivent donc pas de convocation.

Roland Bruneel

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK