Voile: plainte sans suite de "Vigilance musulmane"

RTBF
RTBF - © RTBF

La ministre de l'Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet ne donnera pas suite à la plainte déposée par l'association "Vigilance musulmane", qui visait une enseignante opposée au port du voile pour sa participation à une conférence sur la question du voile organisée dans un athénée provincial.

Selon ce collectif musulman, l'enseignante en question n'aurait pas le droit, en vertu du décret neutralité, de "faire de la propagande ou du prosélytisme" dans un établissement scolaire, a fait remarquer la députée MR Christine Defraigne, qui interrogeait mercredi la ministre devant le parlement de la Communauté française. La députée a aussi fait remarquer que l'enseignante, par ailleurs auteure du livre "Fichu voile", n'est pas intervenue dans cet établissement en tant qu'enseignante, mais, simplement, en tant que "personne engagée". Elle s'est inquiétée de la possibilité de voir refuser à un enseignant le droit de donner des conférences, et ce, en dehors de l'exercice de ses fonctions.

Marie-Dominique Simonet a répondu qu'elle avait décidé de ne pas donner suite à la plainte, sur base d'un rapport demandé à la direction générale de l'Enseignement obligatoire. Le rapport précise que l'enseignante en question n'enseignait pas dans l'école où a eu lieu la conférence et n'avait pas autorité sur ses élèves. De plus, elle est devenue maître de Conférences et professe donc dans l'enseignement supérieur. La direction générale en a donc conclu que le décret sur la neutralité n'est pas violé.

 

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK