Visite du Roi aux sinistrés des inondations : "On a besoin de moyens, pas de personnes qui viennent nous voir", regrette Cédric Halin, bourgmestre d’Olne

Le gouvernement wallon communiquera cet après-midi sur la suite des aides aux sinistrés des inondations de juilletCédric Halin, bourgmestre d’Olne, était l’invité de Thomas Gadisseux dans Matin Première. Il ne décolère pas. Il écoutera ce que la Région annonce, déçu de la réponse apportée jusqu’ici.

"Ce que j’attends c’est de la simplicité, de la facilité. Pas nous remettre des couches et des surcouches administratives. Pas qu’on nous promette monts et merveilles si les choses tardent. Sur le terrain on ne constate pas beaucoup de mobilisation. Il faut savoir que les gens du SPW étaient en vacances, les gens des cabinets étaient en vacances, nous étions ici en train de lutter et quand vous téléphoniez à Namur, à Jambes, vous n’aviez pas beaucoup de réponses", note-t-il, amer.

Il attend, notamment, des aides financières supplémentaires pour les communes. "En tant que bourgmestre, on prend une série d’actes et on ne se pose pas de questions, on prend des engagements financiers, parce que ce qu’il faut faire c’est tout de suite. On a pris des risques. On a reçu des moyens financiers mais ce ne sera sans doute pas assez".

Sur le concret je n’ai pas encore vu grand-chose

Deux commissaires à la reconstruction ont été nommés. Mais là encore Cédric Halin regrette le manque de réactivité. "On a rencontré une des commissaires et le renfort fédéral, on a fait une demande mais pour le moment la demande n’est pas remplie. Sur le concret je n’ai pas encore vu grand-chose".


►►► Machines foutues, assurances insuffisantes : deux mois après les inondations, l’incertitude complète pour de nombreux indépendants


Le Roi se rend à Verviers, Ensival et Esneux, avec le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, ce mercredi. Cédric Halin ne voulait pas de cette visite à Olne. "Avec d’autres bourgmestres, nous sommes en colère. Ils auraient été mal accueillis par la population et les édiles. Nous nous avions besoin de moyens, pas de personnes qui viennent voir".

C’est le sens de la démerde

Alors que la Vesdre monte, le 14 juillet, ce sont des habitants eux-mêmes qui ont évacué des personnes âgées, avec les secours locaux. "C’est le sens de la démerde dans ces cas-là. On a évacué des personnes couchées sur les transats d’un riverain qui a une piscine. […] Je n’en veux pas personnellement aux militaires, mais on a n’a vu aucun matériel sur le terrain avant une bonne dizaine de jours".

La situation était-elle prévisible ? Les bourgmestres ne reçoivent-ils pas des alertes inondations ? "Ce sont des alertes crues, rédigées dans un langage administratif, de sorte que ce soit le principe du parapluie qui s’applique : ‘On vous avait prévenus, tirez votre plan’. Mais dans ces alertes, on n’a pas pu comprendre l’ampleur des choses", regrette Cédric Halin.

L'oeil de MAP du 15/09/2021:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK