Visite d'Etat au Canada: à Ottawa, l'accueil traditionnel pour Philippe et Mathilde

Visite d'Etat au Canada : à Ottawa, l'accueil traditionnel pour Philippe et Mathilde
Visite d'Etat au Canada : à Ottawa, l'accueil traditionnel pour Philippe et Mathilde - © LARS HAGBERG - AFP

C'était ce dimanche au Canada : le roi Philippe et la reine Mathilde, accompagnés d'une délégation de 200 personnes - 7 ministres, une centaine d'entrepreneurs, des recteurs d'universités et une trentaine de médias - sont arrivés après 8 heures de vol dans une relative discrétion. Accueil minimaliste à l'aéroport d'Ottawa et pour cause : le début officiel de la visite c'est pour ce lundi. Sous l'angle de la tradition.

Acte 1 donc ce lundi à Ottawa, la capitale de la confédération canadienne (depuis 1857), 883.000 habitants, ce qui en fait la quatrième ville du Canada en population. Une ville dont tout le centre est pavoisé aux couleurs de la Belgique et du Canada. Un peu de neige mais pas trop. Une température de -2 mais avec un léger vent glacial. 

La journée du Roi a débuté à 10h locales (5 heures de décalage avec Bruxelles) avec un véritable accueil officiel au Rideau Hall, promenade Sussex N°1, le quartier des bâtiments officiels d'Ottawa. Au N°1 se trouve la résidence du 29e gouverneur général du Canada, ou plutôt de madame LA gouverneure générale. Julie Payette, 54 ans, francophone, scientifique à l'origine, et d'ailleurs ancienne astronaute de l'agence spatiale canadienne : elle a volé en 2008 et 2009 à bord des navettes américaines Discovery et Endeavour pour la NASA. Depuis octobre 2017, elle a été élue et désignée à l'unanimité de tous les partis canadiens comme représentante officielle de la Reine d'Angleterre Elisabeth II toujours cheffe d'Etat du Canada.

Julie Payette et le couple royal ont eu droit aux honneurs militaires. La gouverneure générale, comme le Roi, est commandant en chef des forces armées. Hymnes, passage des gardes en revue devant la résidence de Rideau Hall et son austère style victorien. Julie Payette et le roi Philippe ont ensuite prononcé des discours, en français et en anglais, pour saluer l'étroitesse des liens historiques entre la Belgique et Canada. Le roi a conclu par un mot plus personnel saluant d’un "I love space" le passé spatial de celle qui le recevait ds sa résidence. 

Un arbre planté

La résidence de Rideau Hall dispose d'un vaste parc particulièrement arboré et pour cause... La tradition veut que chaque réception officielle d'un hôte de marque soit suivie de la plantation d'un arbre. D'où ces arbres avec écriteaux renvoyant à leurs illustres planteurs au fil du temps : Elisabeth II, la princesse Diana, le président Kennedy, Richard Nixon... ou encore le roi Baudouin de Belgique dont la visite d'Etat remonte à 1977. Et c'est précisément à proximité de celui-ci que le roi Philippe a planté "son" arbre, un érable, symbole du Canada.

Le roi s'est ensuite rendu au monument du soldat inconnu canadien, pour le dépôt traditionnel d'une gerbe de fleurs, accompagné du ministre des Vétérans et d'un représentant de la Défense nationale. Avant d'être reçu sur la "colline du Parlement" (Parliament Hill) par un membre du gouvernement canadien - mais pas par le Premier ministre Justin Trudeau, absent : c'est une période de congé cette semaine à Ottawa. Le Palais fait d'ailleurs savoir que, puisqu'il s'agit d'une visite d'Etat, c'est bien la gouverneure générale représentant la Couronne britannique qui est l"homologue obligé du roi Philippe.

Parliament Hill

Face au monument aux morts des guerres canadiennes, se trouve la vaste esplanade comprenant les bâtiments de la Chambre des Communes à l'ouest, le Sénat à l'est, et des bâtiments au centre abritant administration et bibliothèque et la Tour de la paix de 92m de haut. Des bâtiments de style néogothique, dont certaines ailes mêlent le Westminster londonien mais aussi le style du beffroi d'Ypres. Une partie a en effet été reconstruite après un incendie en 1916 en puisant dans ce que les Canadiens - les soldats notamment - avaient découvert sur nos champs de bataille.

Une chapelle de la paix au centre du complexe abrite des pierres et des vestiges des différents champs de bataille d'Europe. Du marbre noir de la décoration provient de Belgique. Et le Roi a pu découvrir en compagnie du Speaker du Sénat la salle des peintures dont une retraçant précisément aussi les destructions de la guerre à Ypres. L'Histoire toujours. On y reviendra ce mardi encore. 

Visite d'une érablière

Tradition toujours, le Roi et la Reine visiteront dans l'après-midi ici - le soir en Belgique - une "sugar shack" ou encore une "cabane à sucre" ou "érablière". Une exploitation traditionnelle où l'on recueille "l'eau des érables", la sève de printemps qui, passée de casseroles en bouilloires, est transformée en sucre. Sucre que l'on verse ici - de manière assez spectaculaire - dans la neige pour en faire des "bonbons mous", des sucettes autour d'un bâton. Annoncées comme succulentes... 

La visite royale au Canada en images

State visit of the Queen and the King of Belgium to the Canada March 2018
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK