Visite au centre fermé 127bis de Steenokkerzeel destiné aux familles

Le centre fermé de Steenokkerzeel destiné aux familles sera bientôt opérationnel. Il servira donc à la détention de familles avec enfants en situation irrégulière sur le territoire. Une incarcération de dernier recours avant leur retour forcé dans leur pays d’origine. Des enfants étrangers pourraient donc à nouveau être enfermés en Belgique à partir de début août si le conseil des ministres approuve ce vendredi l'arrêté royal qui prévoit des dispositions en ce sens.

Ce matin, la presse a pu visiter le centre fermé, avant son ouverture le 6 août. L'annexe se compose de quatre unités, deux pour des familles de six personnes et deux autres pour des familles de huit personnes. Elles y séjourneront au maximum quatre semaines - deux semaines prolongeables d'une nouvelle période de maximum deux semaines - avant leur rapatriement.

Pour les ONG, qui ont également visité le centre, il s'agit d'une réalité en trompe-l'œil que ne parviendront pas à masquer les bâches représentant des photos de champs. Ces enfants, parmi lesquels des jeunes de 16 ans pourront être placés en cellules d'isolement, auront une vue directe sur l'"univers carcéral" du centre 127bis et seront "confrontés à la violence de la politique d'éloignement du gouvernement belge". Leurs parents seront menottés en arrivant au centre.

La réouverture d'unités d'enfermement des enfants suscite la réprobation des partis politiques d'opposition. Elle a également appelé une réaction négative de la commissaire aux droits de l'Homme du Conseil de l'Europe.

La Belgique a été condamnée à trois reprises pour avoir détenu des mineurs en centre fermé. Le directeur de l'Office des Etrangers l'assure, les conditions de vie dans cette extension du centre 127bis répondent à ces condamnations.

Ecoutez-le dans le reportage radio de Jean-Marc Vierset et Baptiste Hupin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK