Visas humanitaires: la communauté syriaque avait déjà dénoncé un trafic impliquant un membre du parlement belge

Visas humanitaires: la communauté syriaque avait déjà dénoncé un trafic impliquant un membre du parlement belge
2 images
Visas humanitaires: la communauté syriaque avait déjà dénoncé un trafic impliquant un membre du parlement belge - © DELIL SOULEIMAN - AFP

Le problème de trafic de visas humanitaires était déjà connu au mois d’octobre 2018.  Nous sommes entrés en possession d’une lettre écrite par la  "European Syriac Union" (l’association européenne syriaque qui représente les Chrétiens d’Orient) et envoyée selon nos sources à une centaine de personnalités européennes, parlementaires, média et représentants de la communauté syriaque.

La lettre y dénonce noir sur blanc un trafic de visas humanitaires qui permet à des chrétiens syriens qui se rendent au Liban, d’obtenir en un jour un visa humanitaire pour la Belgique et de s’envoler quasi immédiatement pour ce pays.

Dans la lettre, on peut lire que 6 personnes seraient a l’origine du trafic, en lien direct avec le parlement belge : " Nous savons que 6 personnes venant de Belgique sont derrière  "ces transports ". Pour ce service, ils prennent 3000 à 14.000 euros des chrétiens de Syrie.  Une de ces personnes travaille avec un membre du parlement belge, que nous pourrions nommer. Cette activité est criminelle et doit être portée devant la justice."

Interrogé par nos soins, l'un des responsables de l'association confirme que ce courrier a été envoyé très largement, à des membres du parlement européen et à un grand nombre de parlementaires belges.  "On l’a envoyé à tous ceux qu’on a pu… aussi largement que possible… sans choisir l’un ou l’autre parti politique, explique Metin Rahwi, car nous considérions que c’était dans l’intérêt du parlement belge. Nous l’avons donc envoyé largement, et à des niveaux très hauts. Le secrétaire d’Etat à la migration pourrait donc être compromis ici, car c’est un sujet qui le concerne directement".  

Metin Rhawi explique que l'association n'a reçu en retour que quelques réactions. "Nous avons compris que cela ne mènerait à rien", ajoute-t-il.

Quant à une éventuelle implication politique, Metin Rhawi reste flou sur les informations reçues par l'association. "C'est à l'enquête policière de faire à présent la lumière sur ce dossier", dit-il.

Le rôle du consulat de Belgique au Liban

La lettre pose aussi une autre question. L’association explique que les Syriens qui souhaite se réinstaller en Belgique via le Liban n’ont aucune difficulté a entrer au Liban puisque le consulat belge a averti les autorités libanaises qui laissent passer ces réfugiés. Du coup l’association s’interroge : "Pourquoi le consulat général de Belgique au Liban travaille avec ce gang ? "

L’association écrit que cette affaire est un scandale et que cela doit stopper immédiatement. Elle précise que le consulat de Belgique au Liban attend, le 19 octobre, un autre groupe d'une trentaine de personnes qui pourraient bénéficier de nouveaux visas humanitaires pour la Belgique.  

Ce courrier pose de nombreuses question puisqu'il évoque un lien direct avec le parlement belge et un rôle actif du consulat de Belgique au Liban. Les informations évoquées et les montants cités sont également très précises.

Nul doute que ce document alimentera les débats à la Chambre. Le cdH Georges Dallemagne a déjà fait savoir qu'il pourrait réclamer un commission d'enquête. 

Archives : Journal télévisé 16/01/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK