Visa à une famille syrienne: l'opposition dénonce l'"indécence" de la proposition du gouvernement

"C'est plus que cynique, c'est indécent", a déclaré Julie Fernandez-Fernandez.
"C'est plus que cynique, c'est indécent", a déclaré Julie Fernandez-Fernandez. - © Belga

Une partie de l'opposition a dénoncé une nouvelle fois l'attitude du gouvernement dans le dossier des visas à une famille syrienne. La proposition faite de demander la protection au Liban a été jugée "indécente", "brutale et honteuse".

La commission de l'Intérieur a poursuivi mardi l'examen de la note de politique générale du secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, Theo Francken. Même si le sujet n'y est pas directement lié, le débat n'a pas manqué de rebondir sur le refus du gouvernement d'exécuter la décision de la Cour d'appel de Bruxelles alors que des astreintes l'y contraignent. Theo Francken a maintenu son attitude et rappelé la proposition de rechange faite lundi.

"Le problème est renvoyé vers un pays qui croule déjà sous le poids d'1,5 millions de réfugiés fuyant la Syrie, sur une population de 4,5 millions d'habitants. A titre de comparaison, l'Europe accueille environ un million de réfugiés syriens pour une population de 500 millions d'habitants et la Belgique a reconnu cette année 6700 réfugiés syriens", a expliqué le député Wouter De Vriendt (Groen-Ecolo) qui a rappelé les conditions de vie difficiles au Liban: campements improvisés, familles entassées dans des logements précaires, accès difficile aux soins, absence de statut de protection, etc. Le pays n'est en outre pas partie à la Convention sur les réfugiés.

C'est plus que cynique, c'est indécent.

"A quoi joue-t-on? C'est plus que cynique, c'est indécent. La situation à Alep est dramatique, les gens sont réellement en danger. On parle ici d'une famille que l'on peut sauver, qui peut être accueillie, qui répond à toutes les conditions, il y a une décision de justice et de l'autre côté, nous avons un secrétaire d'Etat qui songe d'abord à raffermir sa position face à l'extrême-droite", a souligné pour sa part Julie Fernandez-Fernandez (PS). 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK