Vilvorde: le portrait de Léopold II retiré de la maison communale

Le portrait de Léopold II sera retiré.
Le portrait de Léopold II sera retiré. - © VRT NWS

Les portraits de Philippe et Mathilde, et c’est tout ! A Vilvorde, le portrait de Léopold II sera retiré de la salle des fêtes de l’hôtel communal de Vilvorde en Brabant flamand. Un retrait qui concerne également les portraits des autres souverains belges, à l’exception donc de ceux du roi et de la reine actuels. Cette décision intervient après un débat en conseil communal. Le PVDA (le PTB en Flandre) a remis sur la table le rôle discutable de Léopold II dans la colonisation du Congo.

Léopold II est associé à l’une des périodes les plus sombres de notre histoire belge

"Nous nous demandions depuis un certain temps si nous devions continuer à suspendre les portraits des chefs d’État", a déclaré le bourgmestre Hans Bonte (SP.A), cité par la VRT. "La salle des fêtes de la ville est en train de subir un lifting. Nous allons faire de la place pour une exposition sur la diversité à Vilvorde. C’est un aspect très important de la ville et nous aimerions le mettre en avant. Or, quel est l’endroit est plus approprié pour cela si ce n’est la salle des fêtes de notre hôtel de ville ?"

Une exposition sur la diversité dans une commune qui compte deux importantes communautés d’origine étrangère, marocaine et espagnole. L’idée est également de jeter un regard lucide sur les aspects négatifs de la colonisation comme l’exploitation des richesses, les massacres des populations locales et la traite des êtres humains. "Léopold II est associé à l’une des périodes les plus sombres de notre histoire belge", reconnaît Hans Bonte.

"Nous faisons le choix de ne plus avoir son portrait dans un lieu public. Cela ne signifie pas que nous allons oublier ce qui s’est passé", précise encore le mandataire. "De plus, nous trouvons certainement que c’est une bonne décision que de décorer notre salle des fêtes avec une image de la diversité. Ainsi, la salle de l’hôtel de ville enverra bientôt le message selon lequel tout le monde est le bienvenu, quelle que soit son origine. Nous avons déjà quelques idées, mais l’exposition n’est pas encore tout à fait prête. L’échevin de la culture sait ce qui lui reste à faire dans les semaines à venir."

Un panneau explicatif à Schaerbeek

Récemment, la RTBF évoquait le choix de la commune bruxelloise de Schaerbeek de maintenir l’imposante statue de Léopold II présente à l’étage du cabinet du bourgmestre. Mais en y apposant un panneau explicatif"Il y a deux raisons qui poussent à contextualiser cette statue", expliquait alors à la RTBF, Sihame Haddioui (Ecolo), échevine de la Culture et de l’Egalité des Chances à Schaerbeek. "D’abord le devoir de mémoire. Il faut expliquer, dire que ce Roi fait partie d’un épisode sombre de l’histoire de la Belgique. Il faut que ce soit inscrit quelque part. Ensuite, il faut pouvoir porter un regard critique sur cet épisode et ses conséquences passées (les milliers de morts) mais aussi actuelles. Un récent rapport d’UNIA pointe le lien entre cette propagande coloniale et les stéréotypes voire les représentations négatives que subissent aujourd’hui encore les personnes noires ou maghrébines de manière générale."

En Flandre, la plupart des statues à l’effigie de Léopold II sont pourvues de plaquettes explicatives faisant mention des atrocités commises lors de la colonisation du Congo. En Région bruxelloise, la statue équestre de Léopold II fait régulièrement l’objet d’actes de vandalisme. Le buste du roi dans le parc Duden à Forest a déjà été déboulonné, par le Collectif ACED qui entend imposer un débat avec les pouvoirs publics sur le passé colonial de la Belgique. Enfin, en 2019, un citoyen a lancé une pétition pour renommer le boulevard Léopold II, qui traverse Molenbeek et Koekelberg.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK