Vif débat sur les propos du pape au Sénat

RTBF
RTBF - © RTBF

Les sénateurs se sont divisés entre ailes laïque et chrétienne en Commission des Affaires étrangères à l'ordre du jour de laquelle figurait la résolution condamnant les propos du pape sur le préservatif. Le débat a été particulièrement vif.

Les parlementaires vont tenter de s'accorder sur une reformulation de la résolution, plus sévère que celle adoptée par la Chambre et relayée par le ministre des Affaires étrangères.

Le texte déposé par Marleen Temmerman (SP.A) et cosigné par des élus PS, MR, Ecolo, Groen!, et Open Vld précise dans ses considérants que les propos du pape sur le préservatif, constituent un "crime contre l'humanité".

Outre le fait que le débat a déjà eu lieu à la Chambre, c'est l'évocation du crime contre l'humanité qui fait sortir de ses gonds le CD&V et le CDH. Parlant de "crime contre l'entendement", Pol Van den Driessche a fustigé la résolution au même titre que Francis Delpérée. "On ne peut pas galvauder des notions aussi fondamentales du droit pénal international", s'est-il étranglé.

Insistant sur la nécessité de donner "un signal fort", Patrik Vankrunkelsven (Open Vld) a estimé qu'il ne fallait pas lire l'expression dans son acception juridique. Il convient cependant de pointer les "conséquences criminelles" des déclarations du pape, a surenchéri Josy Dubié (Ecolo), démonté contre cette "gérontocratie qui n'a pas signé la Déclaration universelle des Droits de l'Homme".

Pour le chef de groupe PS, Philippe Mahoux, le problème n'est pas évacué après le vote par la Chambre d'une résolution à caractère diplomatique. D'autres réactions et déclarations ont été entendues depuis.Le Sénat doit se pencher sur "les conséquences dramatiques de telles déclarations en terme de santé publique", a-t-il dit.

S'exprimant à titre personnel et non au nom de son groupe, François Roelants du Vivier (MR) a appelé les sénateurs à rechercher un consensus le plus large possible.

Marleen Temmerman (SP.A) a tenté en vain d'obtenir un vote mardi.

Plusieurs sénateurs vont tenter de s'accorder sur une résolution qui puisse obtenir l'aval d'une majorité la plus large possible. Mme Temmerman a finalement accepté de renoncer à qualifier les propos du pape de crime contre l'humanité.

(Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK