Vertenueil et Bouchez appellent à négocier ensemble "un nouveau Pacte social"

Vertenueil et Bouchez appellent à négocier ensemble "un nouveau Pacte social" (PRESS)
Vertenueil et Bouchez appellent à négocier ensemble "un nouveau Pacte social" (PRESS) - © Tous droits réservés

Les présidents de la FGTB Robert Vertenueil et du MR Georges-Louis Bouchez se sont rencontrés mercredi au siège du syndicat à Bruxelles et disent ensemble vouloir conclure un "nouveau Pacte social", selon leurs conclusions livrées au quotidien Le Soir jeudi.

Tous deux se disent prêts à négocier, sous le régime d’un prochain présumé gouvernement de plein exercice, un nouveau "Pacte social". "Nous nous retrouvons pour pointer les thématiques qui nous semblent essentielles à l’heure actuelle, et il y a un constat commun : il est temps de doter le pays d’un nouveau Contrat social ou Pacte social", assure Georges-Louis Bouchez.

Robert Vertenueil, pour sa part, concède que "nous n’aurons pas demain un mémorandum commun FGTB-MR sur l’ensemble des enjeux de l’heure". Toutefois, "dans une démarche démocratique", il recommande le dialogue. "Que faire pour aider le monde des entreprises et le monde des travailleurs ? On annonce des chiffres catastrophiques : chute du PIB, pertes d’emplois structurelles, déficit budgétaire, etc. Nous devrons trouver les points d’équilibre pour dégager des solutions. Avec, au bout, un nouveau Pacte social, au sujet duquel je m’étais manifesté déjà. Un Pacte qui, soyons clairs, doit, pour nous, donner lieu à un mieux en termes de conditions de vie et de travail", insiste-t-il. "Nous ne sommes pas d’accord, et pourtant nous sommes d’accord", reconnait-il.

Georges-Louis Bouchez tend la main à la FGTB comme jamais, note Le Soir. Le président du MR déclare que son parti et le syndicat sont "loin d’être d’accord sur tout, il y a une série de dossiers sur lesquels nous allons sans doute nous affronter durement, mais au moins, eux, ils ont les mains dans le cambouis".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK