Vers une fusion de La Droite et du PP?

Ça bouge à la droite de la droite francophone. Le Parti Populaire de Mischaël Modrikamen et La Droite sont effectivement en pleine manœuvre de rapprochement. Mischaël Modrikamen en fait en tout cas état dans une entretien accordé à La Libre. 

A l'origine, La Droite est en fait une dissidence du PP. Elle résulte d'un différend entre le président du PP, Mischaël Modrikamen et Aldo Mungo, ajourd'hui président de La Droite. Mais les frères ennemis semblent vouloir se rapprocher pour des raisons stratégiques.

A la lecture des sondages de ces derniers mois, les deux partis arrivent à la conclusion qu'ils pourraient ensemble dépasser le seuil électoral de 5% et récolter de cette façon plus de sièges dans les parlements régionaux ou fédéral. 

Dans notre dernier baromètre RTBF-La Libre-Dedicated les intentions de vote cumulées du Parti Populaire et de La Droite atteignent 8,2% en Wallonie. Mais 3,4% seulement à Bruxelles.

La tentative de réconciliation des deux formations a débuté le 6 septembre, selon un communiqué envoyé aujourd'hui par La Droite. Le but de la rencontre était d'évoquer la possibilité "d'une grande fusion des droites", d'après les termes de Mischaël Modrikamen. La Droite a ensuite été invitée à assister au congrès du PP le 24 octobre.

Selon La Droite, Aldo Mungo et Mischaël Modrikamen pour qui c'était "la première rencontre depuis avril 2010" sont parvenus à s'accorder sur l'objectif d'une fusion menant à la création d'un nouveau parti.

La confiance retrouvée aussitôt brisée?

Les termes du communiqué, présenté comme une mise au point par La Droite aujourd'hui, témoignent cependant d'une méfiance toujours importante entre les deux formations. La Droite qualifie effectivement l'entretien accordé par le président du PP à La Libre de "fuite organisée alors que la confidentialité des négociations avait été acceptée par les deux parties".

Le bureau politique de La Droite décrit aussi "la gageure de rassembler des conservateurs avec des libéraux". Certaines décisions ne font apparemment pas consensus entre La Droite et le PP. La Droite évoque par exemple l'absence d'engagement jusqu'à présent de la part PP pour que la nouvelle formation "n'accepte aucun membre lié à l'ancien Front National belge et qu'aucune relation n'existe avec des formations politiques d'extrême-droite en Europe".

Hyper-morcellement

Cette méfiance témoigne une nouvelle fois de la difficulté que la droite de la droite francophone a toujours rencontrée pour éviter les tensions internes. La défection du député wallon PP André-Pierre Puget cette semaine en est la dernière illustration. André-Pierre Puget a quitté le PP qui s'intéresse trop exclusivement à la thématique de l'immigration à ses yeux.

Les formations de droite-extrême et d'extrême-droite restent "hyper-morcelées" en Wallonie. Ces courants sont représentés par une nuée de petits partis qui jusqu'ici tournent souvent de personnalités qui peinent à s'entendre sur une ligne politique. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK