Vers un statut pour les aidants proches, "une énorme première"

Vers un statut pour les aidants proches, "une énorme première"
Vers un statut pour les aidants proches, "une énorme première" - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

Le vote du statut d'aidant proche devrait être voté en commission des Affaires sociales de la Chambre. Une longue démarche et un projet de loi porté par le secrétaire d'Etat Philippe Courard, en charge des personnes handicapées. Ce sera une véritable reconnaissance pour les personnes qui se dévouent pour un proche malade ou handicapé. "Une énorme première", pour l'ASBL Aidants proches.

Pour l'instant, c'est le flou juridique total. Aucun statut pour ces dizaines de milliers de personnes qui apportent des soutiens continus et réguliers à des personnes malades ou handicapées en situation de grande dépendance.

Tout cela se fait gratuitement.

Cette aide doit aussi être complémentaire d'au moins un intervenant professionnel. L'aidant doit aussi y consacrer au moins 20 heures par semaine. Et cela doit avoir des conséquence sur sa vie professionnelle.

Pour Bernadette Van Vlaenderen, présidente de l'ASBL Aidants proches, c'est une "énorme première". "C’est une victoire vraiment que nous attendions et qui en plus peut valoriser les travaux de la Belgique car nous allons être parmi les premiers en Europe à pouvoir mettre en place ce statut de l’aidant qui est donc effectivement, comme tout le monde le disait, la valorisation de sa fonction au sein de la famille ou d’un environnement très proche. Il faut savoir que cette reconnaissance ne va rien changer à la vie des aidants pour le moment mais nous continuons à travailler, à essayer d’établir une grille d’évaluation des besoins de l’aidant pour que chaque situation d’aidant puisse avoir une réponse avec sa spécificité".

La présidente voudrait maintenant des droits spécifiques. "Nous allons aussi travailler sur base des propositions de loi qui ont été émises en 2010 et 2011 par différents partis politiques déjà, nous allons travailler à ces mesures pour essayer de les faire se mettre en place le plus rapidement possible pour l’obtention de droits spécifiques. Evidemment, la définition devrait être bien précisée par arrêté encore mais nous sommes vraiment très fiers que maintenant la place de l’aidant va être prise dans la société et que cet aidant et son aidé pourront trouver une qualité de vie harmonieuse dans la société".

Et ce statut pourrait concerner beaucoup de Belges: "On pourrait dire qu’un dixième de la population à un moment donné ou à un autre pourrait être confronté à ce travail d’aidant mais tout ça dépend aussi évidemment de l’intensité, de l’importance de cette aide à apporter et là, quand on se réfère alors aux personnes qui sont atteintes de handicap de grande dépendance comme on les appelle maintenant, là on devrait considérer que 4% de la population de personnes handicapées sont concernés ou de personnes de grande dépendance et donc les droits spécifiques iront probablement plus vers ces situations qui nécessitent alors des interventions d’urgence et de soutien plus importantes".

Avec Michel Lagase et Sophie Brems

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir