Facilités: Véronique Caprasse nommée bourgmestre, pas Damien Thiéry

Véronique Caprasse nommée bourgmestre à Kraainem
Véronique Caprasse nommée bourgmestre à Kraainem - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le Conseil d'Etat a infirmé vendredi le refus du gouvernement flamand de nommer la bourgmestre de Kraainem, Véronique Caprasse (FDF). Ce faisant, l'élue de la périphérie bruxelloise est définitivement nommée à cette fonction. La Haute juridiction administrative a en revanche rejeté le recours introduit par un autre bourgmestre non nommé, Damien Thiéry (MR), maïeur de Linkebeek.

Le député MR ne conteste pas la légalité des arrêts rendus par la juridiction administrative. Mais "la démocratie n'est pas respectée, quelqu'un d'élu démocratiquement doit être nommé", maintient-il. "Ce qui est plus gênant, c'est qu'un fois de plus la volonté des Linkebeekois n'est pas respectée. Les gens sont obligés d'aller voter. Et une fois qu'ils ont fait leur choix, on leur dit 'ce n'est pas le bon'. Alors iront-ils encore voter? ", s'interroge Damien Thiéry.

Au contraire du bourgmestre de Linkebeek, la première magistrate de Kraainem, Véronique Caprasse, a donc vu sa nomination validée. "Sur le fond, il y a un problème d'égalité des chances. Elle est nommée car elle a eu la possibilité d'être entendue. J'ai toujours demandé à pouvoir être entendu, on me l'a à chaque fois refusé. J'ai été victime d'un procès d'intention", réagit Damien Thiéry.

Le Conseil d'Etat a rejeté le recours de Damien Thiéry parce qu'il n'a pas respecté les instructions données par le gouvernement flamand pour l'organisation des élections alors qu'aucune décision juridictionnelle ne lui permettait, à ce moment, d'en écarter l'application. Dans le cas de Véronique Caprasse, le Conseil d'Etat constate que Geert Bourgeois invoque des motifs liés à des déclarations de l'intéressée laissant entendre qu'elle ne serait pas disposée à appliquer les circulaires. L'arrêté de refus "ne fait mention d'aucun manquement de fait constaté concrètement", souligne la juridiction.

"C'est une grande plaisanterie. On a peut-être choisi de faire un exemple dans un sens et un deuxième dans l'autre sens. C'est 'deux poids deux mesures'", argue Damien Thiéry, rappelant que les deux bourgmestres ont pris les mêmes dispositions.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK