V. Van Quickenborne: il faudra un gouvernement des impôts

D'après Vincent Van Quickenborne, la Flandre veut une responsabilisation des régions : "Si on dépense de l'argent il faut aussi le gagner et ca n'existe pas aujourd'hui, on est dans un fédéralisme de dotation et donc il n'y a pas beaucoup de sens des responsabilisations", a-t-il expliqué. Pour le ministre, le débat de ces derniers jours est vraiment essentiel pour que la Belgique retrouve la croissance économique, "il faudra donner les instruments aux régions pour pouvoir le faire", a-t-il souligné.

Quant à la question des impôts, il faudra toucher aux impôts des sociétés selon le ministre, "non pas pour gêner les régions mais pour les rendre plus responsables et la je pense qu'il y a une grande opportunité de le faire et tant qu'on ne le fait pas, il n'y aura pas d'accord sur l'institutionnel, ne vous faites pas d'illusion".

Vincent Van Quickenborne a ajouté avoir le sentiment qu'une fois que l'institutionnel sera résolu, la N-VA laissera plutôt la main aux partenaires de la coalition de gauche. "La N-VA est très stricte sur le plan communautaire mais en ce qui concerne les impôts et autres, il (le parti) n'est pas si strict que ca", a-t-il expliqué tout en mettant en garde qu'une fois que l'institutionnel sera là, il faudra se préparer à "un gouvernement des impôts".

 

Mélanie De Nora

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK