Universitaires et experts pas d'accord sur la réforme de la formation des avocats

Universitaires et experts pas d'accord sur la réforme de la formation des d'avocats
Universitaires et experts pas d'accord sur la réforme de la formation des d'avocats - © THIERRY ROGE - BELGA

Les universités et les experts censés préparer une modernisation de la profession d'avocat ont des vues divergentes sur une éventuelle réforme de la formation des juristes. Les experts désignés par le ministre de la Justice, Koen Geens, veulent répartir les deux années de master en une année théorique suivi d'une année préparatoire à l'exercice du métier. Mais les doyens ne souhaitent pas aller dans cette direction, estimant que le rôle de l'université n'est pas de former des professionnels.

Les études de droit ne préparent pas suffisamment

Patrick Hofströssler, l'ancien directeur du service d'études de l'Ordre des barreaux flamands et Patrick Henry, l'ancien président d'avocats.be, se sont vu confier par Koen Geens la mission de réfléchir à l'avenir du métier d'avocat que le ministre de la Justice souhaite moderniser.

Les études de droit ne préparent pas suffisamment les avocats pour le marché du travail, estime-t-on. "Cette formation forme des juristes, pas des avocats et sûrement pas des avocats qui prennent leur place dans la société comme des entrepreneurs", juge Patrick Hofströssler.

Cette réalité peut s'avérer préjudiciable aux avocats stagiaires alors que les cabinets disposent de moins de temps et de moyens pour les former correctement. Ces stagiaires se voient souvent confier des tâches administratives. Ou alors ils sont considérés comme des avocats à part entière, alors qu'ils ne sont pas encore prêts pour cette mission. Tout cela peut être source de frustrations, de déceptions et d'abandons.

Les experts plaident dès lors pour une réforme de la formation, en condensant les deux années actuelles de maîtrise en une seule et en prévoyant une année de préparation professionnelle au cours de la deuxième année. Ensuite, viendrait un stage d'une durée non plus de trois mais de deux ans. La deuxième année de maîtrise serait considérée comme une année de spécialisation qui prépare l'étudiant à une profession judiciaire, selon les experts.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK