Une reconstitution du discours historique de Lumumba le 30 juin à Ixelles

Le 30 juin 1960, Joseph Kasa-Vubu et Patrice Lumumba recevait le roi Baudouin à Léopoldville pour célébrer l’indépendance.
Le 30 juin 1960, Joseph Kasa-Vubu et Patrice Lumumba recevait le roi Baudouin à Léopoldville pour célébrer l’indépendance. - © BELGAIMAGE

Une reconstitution du discours d'indépendance prononcé le 30 juin 1960 par Patrice Lumumba aura lieu à la même date, mais exactement 55 ans plus tard, sur une place d'Ixelles que plusieurs ONG souhaitent voir renommée en "place Lumumba" depuis plusieurs années. "Il est temps que la Belgique regarde son passé colonial dans les yeux", affirme Antoine Moens de Hase de l'asbl Intal.

Un discours historique qui n'avait pas été apprécié par le roi Baudouin

Le 30 juin 1960, il était prévu que seuls deux orateurs prennent la parole lors de la cérémonie officielle de déclaration d'indépendance du Congo: le roi Baudouin et le président fraîchement désigné Kasavubu. Mais le populaire Patrice Lumumba n'avait alors pas respecté le protocole, prenant même la parole et prononçant un discours historique qui n'avait pas été apprécié par le roi Baudouin ni par l'establishment belge. Il avait ainsi qualifié le colonialisme d'"esclavage qui leur avait été imposé par la violence" et affirmé être fier d'avoir mené le combat pour l'indépendance "dans les larmes, le feu et le sang".

Le jeune Togolais Kalvin Soiresse Njali lira le même texte 55 ans plus tard jour pour jour. La reconstitution aura lieu à partir de 16h00 sur la "future place Lumumba", située derrière l'église Saint-Boniface dans le quartier ixellois de Matonge.

"Nous devons oser reconnaître en Belgique la véritable nature du colonialisme"

Tous les gens présents sont invités à porter des costumes des années 1690 pour l'occasion. "Ce sera un rassemblement festif dans une ambiance familiale", souligne Antoine Moens de Hase. L'événement ne sera cependant pas dépourvu de message politique. "Nous devons oser reconnaître en Belgique la véritable nature du colonialisme. Aujourd'hui, à l'école, les enfants reçoivent encore une image plutôt positive de cette période", déplore-t-il.


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK