Une proposition de loi du Vlaams Belang approuvée en commission à la Chambre, grâce au soutien CD&V et N-VA

Le parti d'extrême-droite s'est réjoui qu'une majorité ait pu se dégager malgré un "front anti-flamand" des partis francophones et du sp.a.
Le parti d'extrême-droite s'est réjoui qu'une majorité ait pu se dégager malgré un "front anti-flamand" des partis francophones et du sp.a. - © Tous droits réservés

La commission de la Défense de la Chambre a approuvé mercredi une proposition de loi du Vlaams Belang avec le soutien de la N-VA et du CD&V. Ce vote inattendu et inédit a été possible en raison de l'absence de plusieurs députés.

Depuis 1938, le ministre de la Défense doit déposer chaque année un rapport sur l'emploi des langues au sein de l'armée. Dans les faits, ce document est souvent déposé avec du retard, parfois même de quelques années.

La proposition de loi impose donc au ministre d'annexer ce rapport à sa note de politique générale annuelle. Si le rapport fait défaut, la discussion du budget ne peut être entamée.

Des députés absents

La commission des Relations extérieures se déroulait en même temps que celle de la Défense et plusieurs députés étaient absents. Le président, Peter Buysrogge (N-VA), a fait passer le texte au vote et une majorité s'est dégagée alors qu'il s'agit d'une proposition du Vlaams Belang. Les députés N-VA, Vlaams Belang et CD&V (en l'occurrence Hendrik Bogaert) ont voté en faveur du texte, l'Open Vld s'est abstenu et les autres partis ont voté contre.

Le parti d'extrême-droite s'est réjoui qu'une majorité ait pu se dégager malgré un "front anti-flamand" des partis francophones et du sp.a.

Les chances d'un vote positif en plénière sont minces. Le CD&V doit encore déterminer son attitude, a expliqué le chef de groupe Servais Verherstraeten, en précisant toutefois qu'il ne s'opposait pas au fond de la proposition.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK