"Une partie de l'extrême droite est au pouvoir chez nos voisins belges"

L'éditorialiste Claude Askolovitch.
L'éditorialiste Claude Askolovitch. - © ITELE

Les propos du ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) font déjà parler jusqu'en France. Samedi, dans le Standaard, celui-ci indiquait qu'"une partie significative de la communauté musulmane a dansé à l’occasion des attentats". Preuve, selon lui, de l'échec de l'intégration, même s'il ne précise pas à quels attentats il fait référence.

Pour Claude Askolovitch, éditorialiste politique sur iTélé, ces propos traduisent la montée des idées d'extrême-droite en Belgique. Ce dimanche matin, sur la chaîne infos, le journaliste parle d’incongruité dans les propos de Jan Jambon, qui "vient d'un mouvement culturellement compliqué", la N-VA. Dont les penseurs étaient collaborateurs nazis, rappelle encore Claude Askolovitch. "Mais ça revient de temps en temps de manière étrange chez des gens aussi sérieux et cravatés que M. Jambon."

Et de rappeler la non-condamnation par la N-VA de la manif des hooligans à la Bourse, la comparaison entre djihadistes fugitifs et juifs cachés pendant la guerre établies par Jan Jambon récemment. Pour Claude Askolovitch, c'est clair: "Une partie de l'extrême droite est au pouvoir chez nos voisins belges!"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK