Une loi contre les surfacturations des hôpitaux

RTBF
RTBF - © RTBF

L'harmonisation des pratiques médicales est au centre d'une loi qui entre en application cette année. Les hôpitaux qui surconsomment et qui facturent trop par rapport à la moyenne belge seront chargés de rembourser l'INAMI. Cela concerne environ un quart des hôpitaux belges.

Les tarifs pour la même opération du genou, en Belgique, peuvent varier du simple au sextuple en fonction de l'hôpital choisi. Le prix du placement d'une prothèse peut varier de 685 euros dans l'hôpital le moins cher à 4483 euros dans le plus cher. Les suppléments d'honoraires demandés par certains médecins ou des services plus ou moins luxueux peuvent expliquer quelques écarts de prix, mais il y a aussi des différences de pratiques médicales.

L'INAMI veut conscientiser les médecins sur ce qui est raisonnable. Une moyenne sera donc établie en observant les prix pratiqués pour une même intervention dans tous les hôpitaux. Ceux qui sont au-dessus de la moyenne devront rembourser l'INAMI. Un hôpital sur quatre environ serait dans cette situation de surconsommation. Le sujet est éminemment sensible et beaucoup d'hôpitaux réagissent: ce serait une loi purement d'économiste, loin de la réalité du terrain.

Cette loi est discutée depuis 2002 et elle entre aujourd'hui en application. Elle fait plus que jamais parler d'elles dans les structures hospitalières.

(A.L. avec J. Morelle)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK