"Une large consultation populaire sur le pacte énergétique organisée en novembre"

La Belgique s'est engagée à sortir du nucléaire dès 2025. Mais alors que le nucléaire représente plus de 50% de toute l'énergie produite en Belgique, cette date est-elle encore plausible? Invités de l'émission A Votre Avis, la ministre de l'Energie Marie-Christine Marghem fait face au chef du groupe Ecolo Groen Kristof Calvo.

La ministre annonce d'ores et déjà l'imminence de la finalisation de son "pacte énergétique", qui doit justement prévoir les solutions pour permettre cette sortie:

"Nous avons un texte qui est actuellement analysé par plus d'unune centaine d'intervenants dans le milieu de l'énergie: les exploitants, fournisseurs, universités," assure Marie-Christine Marghem. "Nous attendons les réponses de toutes ces personnes le 30 juin", continue-t-elle, "une instance administrative en fera un texte qui sera arbitré par les quatre ministres de l'Energie et leur gouvernement respectif pou proposer à la population une large consultation au mois de novembre".

Ce pacte, nous l'attendons depuis 2015

Ce pacte, "j'espère qu'on pourra en effet le consulter bientôt" commente Kristof Calvo. Car, rappelle-t-il, "nous l'attendons depuis 2015" Le chef Ecolo Groen accuse ce retard et souligne l'urgence de la situation: "Aujourd'hui, les investisseurs ne savent pas ce qu'il en est. On a besoin de ce pacte." Il en profite également pour rappeler c'est sous leur impulsion qu'en 2003, le gouvernement fédéral avait voté "la loi très progressiste de sortir du nucléaire dès 2025. Après, les ministres se sont succédé et c'était le flou."

Les deux invités s'accordent à dire que le temps presse et qu'il faut élaborer des solutions énergétiques. En effet, le processus de sortie du nucléaire devrait en réalité commencer "dès 2022", annonce la ministre de l'Energie, avec la sortie de Doel 3 et Tihange 2  du mix énergétique belge en 2022 et 2023. "Nous sommes donc vraiment très très près", ajoute-t-elle.

Et le prix de l'énergie?

"Il faut un mix énergétique propre sur le plan environnemental et pas trop cher. Le nucléaire a fait diminuer le prix de l'électricité et si on veut en sortir il faut savoir que ça aura un prix", prévient toutefois Marie-Christine Marghem. 

De son côté, Kristof Calvo tient à souligner que "le prix de l'éolien a fortement diminué" et demande à "augmenter nos ambitions" à ce niveau. Et en effet, le bilan de la Belgique n'est actuellement pas brillant. L'énergie renouvelable ne représente que 7% de l'énergie produite dans le pays,  c'est deux fois moins que la moyenne européenne. Par ailleurs, souligne Kristof Calvo, "le secteur des énergies renouvelables représente aussi une source d'emplois. Il existe actuellement 10 millions d'emploi dans ce secteur. C'est quelque chose que l'on doit construire ensemble". 

 

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir