Une habitante de Durbuy propose de prolonger le Plan grand froid: "La météo, elle, se fout du calendrier"

Une habitante de Durbuy propose de prolonger le Plan grand froid: "La météo, elle, se fout du calendrier"
2 images
Une habitante de Durbuy propose de prolonger le Plan grand froid: "La météo, elle, se fout du calendrier" - © JORGE DIRKX - BELGA

Mail à M. Francken: "Bonjour, je souhaite vous interpeller concernant le Plan grand froid. Même si la date a expiré, il n'en reste pas moins que la météo n'en fait qu'à sa tête. Notre solidarité et notre humanisme de citoyens vous obligent à vous adapter à ses conditions pour aider les gens en difficulté dans la rue. S'il vous plaît, repoussez la date de fin du Plan jusqu'à ce qu'il fasse meilleur. 15 jours ou 1 mois de plus ne changera rien pour vous, pour nous, mais pourrait, si pas sauver des vies, les rendre un peu moins dures. Merci pour eux, merci pour nous, merci pour vous".

Sabine Helseviers habite Durbuy, dans les Ardennes, une des régions de Belgique où les températures négatives de ces derniers jours se fait le plus durement ressentir.

La réalité de la météo se fout du calendrier

Ce qui explique sans doute qu'elle est d'autant plus sensible aux personnes qui doivent passer ces froides nuits dehors. "J'ai des connaissances, des personnes tenaces et courageuses, qui sont sur le terrain, pour toutes les causes (les réfugiés, les sdf, ...), à chercher et à lancer des appels pour trouver des sacs de couchages pour les plus démunis qui dorment dans les rues. En repos maladie, je ne me sens pas la force ni l'énergie d'en faire autant, alors de chez moi, la moindre des choses que je puisse faire, c'est d'interpeller, non seulement les citoyens, mais surtout nos dirigeants qui, j'ai l'impression, ne se doutent pas des conditions de vie de ces personnes qui ne peuvent plus bénéficier du Plan grand froid, juste parce que la date est arrivée à expiration. La réalité de la météo, elle, se fout du calendrier".

C'est ainsi qu'elle a envoyé au secrétaire d'état en charge de la lutte contre la pauvreté Theo Francken cet appel à prolonger le Plan grand froid, qui a pris fin le 30 mars.

Elle n'a reçu pour le moment pour réponse que le classique: "Nous avons bien reçu votre courriel et nous vous en remercions.
Nous traiterons votre demande dans les plus brefs délais. Si nécessaire, nous la transmettrons aux services compétents
".

Un financement par plusieurs entités

Il faut dire qu'en terme de compétences, la question est plus complexe qu'il n'y paraîtrait. Le Plan grand froid est un dispositif qui permet de libérer des centaines de lits supplémentaires partout en Belgi­que pour les sans­-abris jusqu'au 31 mars. Il est financé en partie par les Régions et pour un tiers par le fédéral qui verse 50 000 euros à chaque CPAS de cinq grandes villes: Bruxelles, Char­leroi, Liège, Gand et Anvers. Le fédéral met aussi un certain nombre de lits à disposition à Bruxelles. Mais le reste est financé par les régions et par les communes.

Par contre, il est un fait que chaque année, la fin de ces plans hiver ou grand froid met de nombreuses personnes à la rue, par des températures qui sont parfois loin d'être clémentes. C'est pourquoi plusieurs associations prônent la suppression de ces Plans Hiver... afin que les moyens alloués soient augmentés, et ce tout au long de l'année.

"Il semble effectivement bien difficile de s'informer au sujet des différentes compétences de notre pays, commente Sabine Helseviers. J'ai fini par envoyer un message sur la page Facebook de belgium.be, puisque la page des plaintes du site est en panne, et quelqu'un m'a répondu très vite me disant que c'est Théo Francken qui était concerné par ma demande". D'où ce fameux mail...

 

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir