Didier Reynders: "Une équipe orange-bleue (libéraux et chrétiens flamands) va travailler ensemble"

Pour le vice-premier ministre MR, Didier Reynders, le nouveau gouvernement sera composé d'une "équipe orange-bleue entre libéraux et démocrates-chrétiens flamands".
Pour le vice-premier ministre MR, Didier Reynders, le nouveau gouvernement sera composé d'une "équipe orange-bleue entre libéraux et démocrates-chrétiens flamands". - © DIRK WAEM - BELGA

Le Premier ministre Charles Michel devait se rendre chez le Roi ce dimanche matin pour annoncer la recomposition du gouvernement après le choix des ministres N-VA de quitter le gouvernement.

"Nous allons prendre des responsabilités avec un gouvernement remanié", a déclaré le vice-premier ministre MR, Didier Reynders. "Le gouvernement va être recomposé et on va simplement constater le départ de la N-VA", a-t-il ajouté.

Pour Didier Reynders, la prise de position du président de la N-VA hier était très claire. "Une équipe orange-bleue entre libéraux et démocrates-chrétiens flamands vont devoir travailler ensemble".

Reste à savoir si ce gouvernement "minoritaire" aura la confiance du parlement fédéral. Sans la N-VA, le gouvernement n'y disposerait pas de la majorité.

"Je constate que c’est possible", répond Didier Reynders. "Déjà, pour la première décision importante, celle du Pacte de l’ONU sur les migrations, nous avons obtenu un large soutien parlementaire aux deux tiers, avec une majorité linguistique dans les deux rôles. C’est un soutien non seulement au premier ministre mais au gouvernement. Nous verrons ensuite qui voudra soutenir le budget, qui sera prêt à prendre ses responsabilités lorsqu’il s’agira des autres défis: le changement climatique, le pouvoir d'achat, et le Brexit", a encore ajouté le vice-premier ministre.

Un conseil des ministres, le premier sans les ministres N-VA, se tiendra dans la foulée.

Plusieurs observateurs s'interrogeaient dimanche sur l'opportunité de révoquer les ministres N-VA après leur choix de quitter le gouvernement si celui-ci persistait à approuver le pacte de Marrakech.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK