Naufrage d'un bateau de migrants à La Panne: enquête ouverte pour trafic d'êtres humains

La zone de police "Côte ouest" a mis fin mardi à la mi-journée aux actions de recherche de migrants disparus à la suite du naufrage de leur bateau à La Panne. Six d'entre eux ont pu être retrouvés dans la matinée, mais huit autres sont restés introuvables.

Les migrants originaires d’Afghanistan et d'Iran auraient nagé jusqu'à la plage de La Panne après une tentative ratée de traversée en bateau vers le Royaume-Uni.

"Il est probable qu'une quinzaine de personnes sont sorties en mer dans un bateau cette nuit. Ils sont retournés à terre", expliquait dans la matinée le bourgmestre de La Panne, Bram Degrieck à nos confrères de la VRT

Six personnes, cinq iraniennes et une afghane, ont entre-temps pu être interpellées alors qu'elles se trouvaient dans un bus en direction de la France.

►►► À lire aussi : Naufrage d'une embarcation de migrants à La Panne: la prise de risque est "folle"

Huit autres personnes se seraient donc enfuies dans les dunes. Selon le chef de corps de la police de la "Westkust", il pourrait y avoir deux mineurs parmi les personnes recherchées. Une déduction faite sur la base des vêtements trouvés sur la plage, dit la police. Les premiers témoignages des migrants arrêtés corroborent cette thèse.

La zone frontalière a été passée au peigne fin par les forces de l'ordre belges et françaises afin de retrouver les huit autres personnes disparues, sans succès.

Les autorités judiciaires ouvrent une enquête sur un trafic d'êtres humains

Les autorités judiciaires ont ouvert une enquête pour trafic d'êtres humains, a indiqué le parquet de Flandre occidentale. Les six personnes retrouvées dans la matinée doivent être auditionnées par la police locale, la police de la navigation et l'unité de trafic d'êtres humains de la police fédérale. Le parquet travaillera en collaboration avec les autorités françaises et britanniques.

La police va auditionner les six rescapées, cinq iraniennes et une afghane, pour comprendre comment leurs compagnons d'infortune ont quitté l'embarcation, où ils ont embarqué et d'où venait le bateau, comment ils sont arrivés à La Panne et qui sont les passeurs responsables.

Il est rare que les trafiquants élisent la Côte belge comme point de passage, le parquet travaillera donc en collaboration avec les autorités françaises et britanniques afin de récolter le plus d'informations possibles sur ce cas.

Des personnes potentiellement en hypothermie

Mardi matin, la police de De Panne a reçu un rapport selon lequel un migrant souffrait d'hypothermie près du hall d'entrée d'un bâtiment. Les habitants du quartier ont alerté la police en signalant des "actes suspects". Les garde-côtes rapportent qu'à 5 heures du matin, quelqu'un a sonné à la porte d'une maison pour donner l'alarme. La personne était trempée.

Des sacs à dos ont été trouvés sur la plage. La procédure d'urgence pour tenter d'éviter d'éventuelles noyades a été lancée immédiatement. Selon le témoignage de la personne retrouvée en situation d'hypothermie, elle a nagé vers la plage de La Panne dans une eau glaciale. 

Pour la recherche dans la zone, des drones ont été utilisés, mais les conditions météorologiques ne sont pas favorables en raison du gel et d'un brouillard persistant. Un hélicoptère n'a d'ailleurs pas pu décoller à cause du vent. 

Ce n'est pas la première fois que des migrants tentent de partir de nos côtes pour d'aventurer vers le Royaume-Uni. "Pour autant que je sache, c'est la première fois que cela se produit à cette échelle. C'est un problème auquel nous sommes tous confrontés", a déclaré le bourgmestre de La Panne sur les ondes de la VRT dans l'émission "De Ochtend".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK