Une centaine de travailleurs âgés d'Axa Banque conviés à rester à la maison en étant payés

Chez Axa Banque, une centaine de travailleurs de plus de 60 ans vont avoir la possibilité de rester chez eux tout en bénéficiant de 50% de leur salaire.

Alors que le gouvernement actuel voudrait maintenir au travail plus longtemps les travailleurs de 60 ans et plus et a activé un système d’amende pour les entreprises qui enclencheraient des plans de départ anticipés, les exemples comme celui d’Axa Banque se bousculent au portillon.

L’an dernier, la Banque Nationale avait renvoyé à la maison — avec salaires — 85 de ses collaborateurs. En 2018, également, Engie-Electrabel avait proposé un plan de départ anticipé volontaire à ses 351 travailleurs de 53 ans et plus. Les personnes concernées devaient toucher 50 à 60% de leur dernier salaire. Enfin en 2017, 796 collaborateurs âgés de plus de 55 ans (1500 au total étaient concernés par la mesure) avaient accepté le plan de départs anticipés proposé par la banque ING. Pour rappel, ce plan s’intégrait dans un vaste plan de restructuration mondial, impliquant la perte de 3150 emplois dans sa division belge.

La banque Axa souligne, de son côté, qu’il ne s’agit pas d’une mesure de rationalisation ou de restructuration, contrairement à ING. En réalité, les travailleurs eux-mêmes réclament ce type de plan. Un de ses collaborateurs qui a accepté le plan témoigne: "Je suis toujours employé ING mais, l'entreprise me paie effectivement pour rester à la maison estimant que j'ai dépassé l'âge pour aller travailler et je touche 80% de mon salaire. Je n'ai plus de treizième mois ni de pécule de vacances. Ca veut dire que je gagne 50% de ce que je gagnais lorsque je travaillais."

Selon Jean-Michel Cappoen, le secrétaire général du Setca en charge du secteur Finances, les entreprises imaginent aujourd’hui des formules complètement atypiques pour contourner la décision du gouvernement de réduire les prépensions. Les grosses sociétés sont confrontées à la problématique de la digitalisation avec une compression de l’emploi. De plus en plus de collaborateurs âgés sont en décrochage face à des technologies qui évoluent très vite.

On n’a plus, comme auparavant, l’alternative pour pouvoir envisager une fin de carrière en douceur.

Chez AXA, on confirme que la banque paiera un supplément de 15% à l’ONSS.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK