Coronavirus: une campagne de vaccination vraiment trop lente ?

La vaccination du grand public commencera la semaine du 22 ou du 29 mars en Flandre, a affirmé mardi le ministre régional du Bien-être Wouter Beke au Parlement flamand. La Wallonie devrait suivre au même rythme, mais beaucoup trouvent ce processus de vaccination bien trop lent.

Yvon Englert, délégué général Covid-19 en Wallonie, a tenu à remettre les pendules à l’heure : "Nous ne sommes pas lents. Nous figurons au milieu du peloton européen (ndlr : la Belgique est en 11e position en Europe avec un taux de vaccination de 2,14%), mais la plupart de pays sont au coude à coude, puisque tous sont soumis aux contraintes de livraison en fonction de leur population. En pourcentage de vaccination, la Belgique est un peu en avance sur la France, et un peu en retard par rapport à l’Allemagne".

Ce retard est-il explicable par le fait que la Wallonie conserve des stocks pour assurer une seconde prise du vaccin ? "Nous ne gardons pas de deuxièmes doses en stock, la gestion ne fonctionne pas de cette manière-là. Nous veillons simplement, dans notre planification, à nous assurer que nous pourrons administrer la seconde dose au moment voulu. Aujourd’hui, avec les tensions liées à l’approvisionnement, nous commençons chaque semaine avec un 'déficit', c’est-à-dire que nous sommes dépendants de la livraison du lundi pour assurer l’ensemble des vaccinations de la semaine", explique Yvon Englert.

Des couacs dans la campagne de vaccination

Après les maisons de repos, le personnel hospitalier et le personnel soignant de première ligne doivent être vaccinés en priorité – telle est la stratégie choisie par nos autorités. Mais voilà, il s’avère que des personnes non-prioritaires sont convoquées pour se faire vacciner.

Doit-on dès lors parler de passe-droit ou d’erreur d’organisation ? Pour le délégué général covid 19, le système informatique développé en quelques semaines pour prendre en charge cette campagne fait ses maladies de jeunesse… raison pour laquelle quelques centaines de citoyens ont été convoqués prématurément Pour éviter que ces erreurs ne se reproduisent, les convocations seront prioritairement envoyées par courrier, l’e-mail sera cependant encore utilisé en complément pour ceux qui ont une adresse e-mail connue.

Le vaccin AstraZeneca, moins efficace ?

Une autre critique qui revient régulièrement concerne le vaccin AstraZeneca, moins cher et moins efficace que ceux de Pfizer ou Moderna. Peut-on parler d’un vaccin au rabais ?

Pour Sophie Lucas, immunologiste à l’UCLouvain, il n’y a pas de raison de penser que le vaccin AstraZeneca serait moins bon : "Les trois vaccins que nous connaissons actuellement chez nous, sont tous très sûrs et très efficaces. La raison pour laquelle on réserve les vaccins AstraZeneca aux personnes plus jeunes est qu’il n’y avait pas suffisamment de personnes de plus de 55 ans incluses dans les essais cliniques au départ… Ce qui ne veut pas dire que ce vaccin ne sera pas efficace sur cette tranche d’âge. D’ailleurs, une étude de l’université d’Edimbourg semble indiquer qu’il donne d’excellents résultats sur les personnes âgées".

Quid si l’on refuse de se faire vacciner ?

Pour le moment, seules les personnes dites "prioritaires" peuvent se faire vacciner. Mais certains hésitent, parfois par manque d’information. Peuvent-ils postposer leur rendez-vous avec la vaccination ?

Dans les faits, si quelqu’un ne profite pas de sa place de sujet "prioritaire", il sera reconvoqué quand débutera la vaccination pour l’ensemble de la population. Par contre, si cette personne signifie clairement qu’elle ne souhaite pas être vaccinée, elle ne sera plus convoquée, explique Yvon Englert.

Les couples seront-ils vaccinés ensemble ?

"La stratégie la plus logique reste de vacciner selon les tranches, puisque le principe est de protéger les personnes les plus à risque, c’est-à-dire les personnes les plus âgées", explique Sophie Lucas.

Si vous avez plus ou moins le même âge, vous serez donc convoqués quasiment en même temps. Par contre, si vous avez un grand d’écart d’âge avec votre partenaire, vos convocations ne vous parviendront certainement pas en même temps.

Que penser du Spoutnik V ?

Pour réduire nos problèmes d’approvisionnement en vaccins, ne serait-il pas judicieux de commander des vaccins Spoutnik V ? Selon Sophie Lucas, à en juger par les études cliniques de phase 3, ce vaccin pourrait bien être une option valable : "Les développeurs du vaccin Spoutnik V viennent d’introduire une demande d’homologation auprès de l’agence européenne du médicament. Si cette demande est acceptée, on pourrait voir apparaître un vaccin supplémentaire sur le sol européen."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK