Un train manque de dérailler à Tertre à cause d'un passage à niveau volontairement ensablé

Un train manque de dérailler à Tertre à cause d’un passage à niveau volontairement ensablé
Un train manque de dérailler à Tertre à cause d’un passage à niveau volontairement ensablé - © MORGANE BERGER - BELGA

Une catastrophe a été évitée de justesse mardi après-midi à Tertre, près de Saint-Ghislain, alors qu’un train de marchandise s’apprêtait à franchir un passage à niveau ensablé par une entreprise privée, a indiqué mercredi Infrabel, gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire. Le conducteur du train a dû effectuer un freinage d’urgence dans cette zone où sont transportés des produits chimiques, dont certains toxiques.

"L’ensablement n’avait rien de naturel et visait à faciliter la traversée d’engins de chantier", explique Arnaud Reymann, porte-parole d’Infrabel. Plus tôt dans la journée, l’entrepreneur privé qui effectue ces travaux le long de la voie aurait placé des plaques de métal sur les voies avant d’opter pour le sable, les riverains se plaignant du bruit, selon des témoins. "Un accident grave se serait de toute façon produit avec ces plaques métalliques installées sur la voie", précise Arnaud Reymann.

La ligne 100 dont il est question est un raccordement, c'est à dire une voie qui va vers une ligne principale et qui dessert directement quatre entreprises privées. Parmi les trains de marchandises qui y passent chaque jour, de nombreux transportent donc des produits chimiques, dont certains toxiques. "Ce n’est pas dangereux en soi mais ça l’est évidemment en cas de déraillement", souligne le porte-parole.

Infrabel a porté plainte

"Sur ce site Seveso (où les activités sont liées à la manipulation, la fabrication, l’emploi ou le stockage de substances dangereuses, NDLR), on aurait pu assister à un second Ghislenghien", s’insurge Arnaud Reymann, qui dénonce l’irresponsabilité de l’entreprise privée BSV.  "C'est un manque de discernement pour ne pas dire de la bêtise évidente", déplore-t-il. 

La police fédérale du chemin de fer est rapidement descendue sur les lieux, Infrabel n'ayant pas autorité pour intervenir sur le chantier. Cette inconscience risque de coûter cher à l'entrepreneur et au maître d'ouvrage puisque Infrabel a annoncé avoir déjà porté plainte.

Concrètement que risquent-ils? "Ce sera au juge d'apprécier la nature des faits", explique Arnaud Reymann. "Nous avons porté plainte pour entrave à la circulation et mise en danger d’autrui", notamment.

Le porte-parole déplore qu'il y ait de moins en moins de suivi en ce qui concerne les chantiers. "Ce genre de situation, c'est une première mais ce type de pratique arrive de plus en plus souvent". Au-delà du danger et de la mise en péril, il s'agit également d'une des raisons pour laquelle Infrabel a porté plainte."On espère que cela donnera un signal à toutes les personnes et entreprises qui gèrent des chantiers aux abords des voies", conclue-t'il.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK