L'Europe s'invite à Namur pour évoquer les menaces sur son patrimoine

Parfois méconnu, distinct de l’Union européenne, le Conseil de l’Europe est un organe international et intergouvernemental né il y a près de 70 ans, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Il regroupe 47 pays. Ses principaux objectifs sont la défense des droits de l’Homme et la promotion de l’identité culturelle européenne.

La Belgique en occupe actuellement la présidence semestrielle tournante.

C’est dans ce cadre que se tient à Namur ces 23 et 24 avril la 6ème conférence du Conseil de l’Europe des ministres en charge du patrimoine, 14 ans après la dernière réunion organisée sur ce thème.

Menaces sur le patrimoine européen

Lors de la séance inaugurale, la directrice générale de la démocratie au Conseil a rappelé les menaces qui pèsent aujourd’hui sur le patrimoine naturel ou culturel européen.

La Serbe Snežana Samardžić‑Marković a ainsi pointé les changements climatiques, la pollution ou la pression démographique, mais elle a aussi dénoncé certaines politiques menées au nom des économies publiques. "La diminution des subventions publiques allouées à la culture menace la préservation et la promotion de notre patrimoine commun. Il n’y a pas de bonnes raisons budgétaires qui peuvent expliquer ça. C’est une vision à court terme. Négliger notre patrimoine, c’est négliger notre mémoire collective. Une nation ou un continent sans mémoire perd son identité et ne peut survivre".

La présidente de la commission éducation et culture de la conférence des organisations internationales non-gouvernementales du Conseil de l’Europe a tenu un discours encore plus alarmant. "Le 21e siècle pourrait se caractériser par la marginalisation rapide et profonde de l’influence européenne dans le monde. Le déclin européen induit le mépris de nos valeurs culturelles et morales", a ainsi indiqué Sabine Rohman.

Déclaration de Namur

L’enjeu de la réunion qui se tient dans la capitale wallonne est donc d’établir une stratégie pour une gestion harmonisée du patrimoine européen à travers des engagements qui seront contenus dans la "déclaration de Namur". Un accent sera mis sur la protection du patrimoine ancien et sur la création du patrimoine de demain.

Cette résolution viendra amender ou compléter une série de textes déjà adoptés au fil des décennies par le Conseil de l’Europe, comme la convention européenne du paysage ou celle pour la sauvegarde du patrimoine architectural.

Mais cette "déclaration de Namur" sera non contraignante. Au-delà des discours, il reviendra donc à chaque Etat de mettre en application ce qui aura été promis en Wallonie.

@RudyHermans

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK