Un service "TEC à la demande" sera mis en test durant sept mois à Louvain-la-Neuve

Simon Collet est chef de projet au TEC. Il est l'un des collaborateurs qui a mis en place ce service de navette à la demande sur Louvain-la-Neuve. Le coût d'un transport sera de deux euros 10 cents.
Simon Collet est chef de projet au TEC. Il est l'un des collaborateurs qui a mis en place ce service de navette à la demande sur Louvain-la-Neuve. Le coût d'un transport sera de deux euros 10 cents. - © Mathieu Baugniet.

Le TEC et la ville d'Ottignies Louvain-la-Neuve ont présenté mardi un service de mobilité à la demande qui sera mis en test à partir du 8 février. L'expérience durera sept mois et est tentée dans le cadre du projet-pilote "Navajo", né en mai 2019 quand la ville d'Ottignies-LLN a répondu à l'appel à projets régional "Territoire innovant". En plus de ce service à la demande, le projet comprend un test de navette autonome en milieu complexe, à lancer en mars 2021. L'objectif est d'évaluer l'intérêt du public pour ces services, et d'apprendre à maitriser les technologies.

Concrètement, le service TEC à la demande permettra de voyager à partir du 8 février dans la ville de Louvain-la-Neuve ainsi que dans ses parcs d'activités économiques, du lundi au vendredi de 7h30 à 19h30 et le samedi de 10h30 à 18h30. Les voyageurs peuvent réserver leur parcours via l'application "TEC à la demande", qui est disponible sur l'Apple Store et le Google Play Store. Les utilisateurs pourront suivre l'arrivée du véhicule en temps réel, et se faire déposer dans un rayon de maximum 500 mètres autour des adresses de départ et d'arrivée renseignées lors de la réservation.

Le trajet coute 2,10 euros par personne et durant tout le mois de février, deux trajets gratuits sont octroyés pour pouvoir tester ce service "TEC à la demande". Le TEC (www.letec.be) considère qu'il s'agit d'un service rapide et flexible, mais aussi écologique qui peut compléter utilement les lignes de bus.

"Ce projet-pilote s'intègre parfaitement dans la vision de mobilité du futur du gouvernement wallon, en apportant des solutions concrètes et efficaces aux problèmes de déplacement que peuvent rencontrer les citoyens", commente le ministre wallon de la Mobilité Philippe Henry.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK