Un "serment bancaire" pour tous les intervenants du secteur, propose Ecolo

Un "serment bancaire" pour tous les intervenants du secteur, propose ECOLO
2 images
Un "serment bancaire" pour tous les intervenants du secteur, propose ECOLO - © Tous droits réservés

Un "serment bancaire" calqué sur celui d'Hippocrate prononcé par les médecins: c'est une des propositions d'Ecolo pour "moraliser" un secteur, trop souvent pris en faute ces dernières années, et pour lequel aucune responsabilité judiciaire n'est pourtant jamais reconnue, déplorait le député fédéral vert Georges Gilkinet, invité de Matin Première ce mardi. "Il faudrait donner un signal à ceux qui dysfonctionnent pour que ceux les fraudeurs voient qu’il ne peuvent pas le faire impunément".

C'est ainsi que le patron d'ING semble bien avoir menti aux parlementaires, lorsqu'il a minimisé le rôle des succursales de la banque avec les paradis fiscaux, si l'on en croit les dernières révélations liées aux Panama Papers: le ministre des Finances Johan Van Overtveldt a ainsi demandé à l’Inspection spéciale des impôts (ISI) d’ouvrir une enquête sur la banque et notamment sur les 25 sociétés offshore (au moins) connectées à la succursale ING Belgium, Geneva branch, assumée juridiquement par ING Belgique. Dans la majorité des cas, les clients derrière celles-ci sont des Russes fortunés et actifs dans le gaz et le pétrole.

"L'info vient à nouveau des journalistes et non des services de lutte contre la fraude", regrettait Georges Gilkinet, qui déplore cette révélation à nouveau tardive, et aimerait que l'on puisse poursuivre les fraudeurs ("des personnes très riches actives dans le secteur pétrolier") mais aussi les complices de ces tricheries: les avocats fiscalistes et autres, qui aident à les mettre en place.

D'où cette idée de "serment d'Hippocrate" appliqué aux banquiers, et qui existe déjà aux Pays-Bas par exemple, avec la mise en place d'une commission chargée de veiller à son respect: "Même les gens aux guichets, confrontés à une demande qui leur pose problème, pourraient y faire appel". Une façon de reconnaître l'honorabilité de leur fonction, pour Georges Gilkinet: "Les banques ont un rôle essentiel dans l’économie mais doivent respecter règles de déontologie pour que l’état ne doive au final pas intervenir comme on l’a déjà fait".

Une question qui n'est pas symbolique pour le député ECOLO: "On parle toujours des transferts Nord-Sud, un certain parti en particulier. Moi j’ai envoie de parler des transferts entre ceux qui paient correctement leurs impôts et ceux qui fraudent. Ceux-là profitent des premiers, et certaines politiques en souffrent. Des milliards d’euros sont fraudés, ça doit être une priorité d’agir pour récupérer cet argent".

Puisque les moyens et l'imagination des fraudeurs sont sans limites, il faut pouvoir y répondre au niveau des pouvoirs publics. "Nous n'avons pas de baguette magique pour récupérer cet argent mais nous prônons un volotarisme". Et de dénoncer l'hypocrisie du gouvernement actuelle, avec des mesures comme la Taxe Caiman, qui a rapporté 5 millions au lieu des 500 escomptés: "On doit dire qu’on lutte contre la fraude fiscale, mais on ne s’en donne pas les moyens. A côté de ça, on fait économies à tout crin".

La démarche d'Ecolo se veut par contre positive en ce qui concerne le plan d'investissements de plusieurs dizaines de milliards annoncé par le gouvernement, et auquel les Verts ont contribué activement, "pour promouvoir des secteurs où la Belgique peut redevenir un pôle d’excellence, alors qu'aujourd’hui, nous avons un pays qui n’est spécialisé en rien. Nous espérons pouvoir l’applaudir, et si les propositions sont bonnes, nous serons partenaires".

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK