Un retour sans vague pour les touristes d'un jour à la Côte

Ce mardi à la température record pour un mois de mars avait attiré la foule à la mer, mais les touristes d'un jour ont pu rentrer chez eux sans provoquer de trop gros encombrements dans les gares du littoral, ont fait savoir les bourgmestres d'Ostende et de Blankenberge en soirée. Ces communes avaient reçu l'appui de la police fédérale pour encadrer l'afflux de visiteurs. La SNCB avait prévu des trains supplémentaires et les voyageurs ont donc pu être répartis dans les différents convois.

Des barrières nadar avaient été placées en gare de Blankenberge afin d'éviter toute arrivée massive. Dans le village également, le public était assez dispersé. "Nous sommes parvenus à bien répartir les voyageurs depuis la descente du train et nulle part il n'y a eu de problème", a indiqué la bourgmestre Daphné Dumery.

Même constat à Ostende. "Ce n'est pas encore l'été et les journées sont encore assez courtes. Les gens retournent donc plus tôt chez eux", analyse un Bart Tommelein satisfait. La SNCB avait mis un train supplémentaire juste avant 19h00, d'une capacité de 1.060 personnes.

Tout s'est bien passé aussi dans la cité ostendaise, mais il n'en fallait pas beaucoup plus pour le bourgmestre. Quelque 9.200 personnes sont arrivées dans sa commune par le train. La marée basse a aussi attiré pas mal de monde sur la plage, a-t-il constaté.

Bart Tommelein plaide tout de même pour un système d'enregistrement pour ceux qui prennent le train pour se rendre à la mer. "Les billets gratuits, les vacances de Pâques anticipées et le beau temps constituent un dangereux cocktail. Un système de réservation représenterait une bonne solution", estime-t-il. Plusieurs députés se sont dit ce mardi favorables à un tel système de réservation.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK