Un portage public des Editions de l'Avenir? Le ministre Jeholet "ne ferme pas la porte"

Le ministre wallon de l'Economie Pierre-Yves Jeholet
Le ministre wallon de l'Economie Pierre-Yves Jeholet - © JOHN THYS - BELGA

Les Editions de l'Avenir sont en péril. Les quotidiens vont devoir se séparer d'un quart de leur personnel. La situation du groupe de presse est fragile depuis quelque temps. Une commission doit se tenir au parlement wallon sur cette question le 8 novembre prochain mais cette séance a déjà été souvent postposée.

Le personnel de l'Avenir espère l'attention des pouvoirs publics mais ils se font attendre. Il y a un an déjà, des députés de la majorité et de l'opposition avaient plaidé pour un portage de l'entreprise. La Région aurait repris temporairement les Editions de l'Avenir des mains de Nethys pour lui éviter les turbulences actuelles.

Le ministre wallon de l'Economie, le MR Pierre-Yves Jeholet, n'est pas très enthousiaste. La solution n'est pas idéale, selon lui : "D'abord ce n'est pas la vocation d'une autorité publique d'être propriétaire et de gérer un groupe de presse. Concernant le portage, j'ai dit à l'époque que je ne fermais pas la porte. Je ne la ferme toujours pas aujourd'hui. Il faut être bien conscient que le portage c'est provisoire, il faut évidemment un projet pour les Editions de l'Avenir. C'est clair qu'aujourd'hui il y a urgence, mais cela fait quatre ans que Nethys a repris les Editions de l'Avenir, qu'on annonçait de nombreux projets. On voit qu'il n'en est rien aujourd'hui, avec le résultat malheureux que l'on connaît aujourd'hui pour les travailleurs, et notamment pour les journalistes".

Direct de Jennifer Istace depuis Tournai dans notre JT 13h:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK