Un livre de Theo Francken sur la migration sans surprise, pour faire campagne

"Continent sans frontière" : Theo Francken et Joren Vermeersch, l'un des collaborateurs du secrétaire d'Etat, publient un réquisitoire sans pitié de la politique migratoire européenne. 

Au long des 310 pages de ce livre publié en néerlandais, et en français aux éditions Jourdan, Theo Francken s'attaque à ses cibles favorites et habituelles : politiques, avocats et juges "progressistes", sans oublier les médias. 

Le leader N-VA accuse les journalistes d'avoir réalisé un cadre médiatique ("framing"), présentant les réfugiés comme des familles syriennes fuyant la guerre, alors qu'il s'agissait surtout d'Irakiens et d'Afghans qui sont arrivés en Europe pour des raisons économiques, "la priorité n'était pas d'informer la population avec exactitude, mais de lui proposer une réalité cohérente. Le journalisme constructif avait pour mission d'éveiller un profond sentiment de solidarité, tout en suscitant une opposition minimale à l'encontre de la politique européenne d'ouverture des frontières. C'est pourquoi l'image peu commune de la jolie réfugiée syrienne portant un adorable bambin dans ses bras avait été élevée au rang de norme médiatique."

Theo Francken revient sur ses débuts dans le dossier de la migration, alors jeune député où en 2010-2011, comme il le rappelle, une majorité suédoise "avant l'heure" réforme le regroupement familial et l'obtention de la nationalité belge, beaucoup trop facilement accessible selon lui.

Depuis quatre ans, dans son bureau de secrétaire d'Etat à l'asile et la migration, il estime que "l'histoire de la crise migratoire européenne est une saga qui dépasse l'imagination. Elle est celle d’entêtements, d'opportunités manquées et d'une naïveté que frôle la caricature. Cela parce que l'Union européenne a toléré la migration illégale pendant toutes ces années, et n'arrive toujours pas à formuler une réponse commune au problème, alors que les citoyens, de Lisbonne à Helsinki, appellent à la détermination." Le brabançon flamand retient une leçon de ces années : "j'ai appris que l'on ne pouvait espérer progresser, si l'on n'est pas disposé à se salir les mains."

L'Europe en point de mire

Ce n'est pas un hasard si la présentation de ce livre a lieu au Parlement européen : le livre évoque longuement les aléas de la politique européenne en matière de migration. Et une autre leçon retenue par Theo Francken : "bien qu'on puisse agir sur le plan national et enregistrer des résultats, cela ne signifie pas nécessairement que le navire conservera le bon cap. Ce n'est qu'au niveau européen que le bateau migratoire peut vraiment être détourné. J'ai beau pousser de toutes mes forces sur les rames qui me sont fourniers, cela ne va pas dans le sens souhaité." Le jugement est brut : "les directives européennes nous obligent à adopter une législation laxiste dans le domaine migratoire."

Le secrétaire d'Etat relate deux crises majeures qu'il a connues à son poste : l'affaire des visas d'une famille syrienne et la torture de Soudanais renvoyés par la Belgique. Dans les deux cas, Theo Francken prend un certain plaisir à détailler ces deux affaires, et se félicité, dans les deux cas, de l'avoir "emporté" contre ses adversaires politiques, de l'opposition ou du CD&V, son partenaire de majorité...

Se revendiquant de la séparation des pouvoirs et des Lumières de Montesquieu, tout en estimant que la façon dont la Russie gère sa diplomatie pourrait, à à certains égards, inspirer l'Europe ("Je ne prône pas l'adoption d'un modèle diplomatique musclé se basant sur l'exemple de la Russie, mais j'estime que l'Europe peut tirer quelques enseignements de la politique étrangère de Moscou. A commencer par jouer de la carotte et du bâton"), Theo Francken signe un livre coup de poing, dans un domaine très porteur au niveau électoral partout en Europe. On prête à la N-VA la volonté d'offrir la tête de liste européenne au secrétaire d'Etat, en mai 2019. Une situation stratégique : il pourrait faire campagne partout en Flandre. Avec ce livre, la campagne a déjà commencé.

 

Theo Francken, Continent sans frontière, Editions Jourdan

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK