Un "kern" de rentrée pour le gouvernement Michel, avec une confiance à retisser

Le gouvernement fédéral se penchait sur certains dossiers délicats en comité restreint ce mardi dans une ambiance toujours marquée par l'affaire des réfugiés soudanais et sa gestion par Theo Francken, secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration. 

Le vice-Premier ministre CD&V Kris Peeters le confirme à la RTBF : la Commission européenne n'a pas encore été contactée pour l’enquête sur les Soudanais. Les ministres responsables, les N-VA Theo Francken et Jan Jambon, en ont été informés.

Le ministre de l'Intérieur Jan Jambon va demander au CGRA de contacter la Commission européenne et le HCR. "Mais je ne vais pas m’en mêler, car l’enquête doit être indépendante", a spécifié Jan Jambon.

"On passe à l'ordre du jour", assure aussi Alexander De Croo à la VRT : "En dehors du gouvernement, il y en a parfois certains qui se cherchent des poux, mais à l'intérieur nous avons toujours poursuivi le travail. Il n'y a aucune tension à l'intérieur du gouvernement", ajoute le vice-Premier ministre Open VLD.

Idem aux dires de Jan Jambon : "L'enquête est en cours, et ne concerne pas l'attitude de Theo Francken. Elle concerne les circonstances autorisant ou non les expulsions vers le Soudan".

Pour le reste, tout va bien, pour le ministre de l'Economie, c'était donc un kern de rentrée avec, a reconnu Kris Peeters, encore des sujets pas faciles à régler, comme le pacte énergétique, le pacte d’investissement... et une confiance à retisser.

La prochaine étape pour le gouvernement sera le vote de confiance sur Theo Francken jeudi à la Chambre : "Je suis convaincu que le Premier donnera tous les éclaircissements nécessaires et que tous les partis de la majorité le soutiendront", dit Kris Peeters.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK