Un incitant financier vise à encourager la fusion volontaire des communes wallonnes

Un incitant financier vise à encourager la fusion volontaire des communes wallonnes
Un incitant financier vise à encourager la fusion volontaire des communes wallonnes - © Tous droits réservés

Alors que 61% des communes wallonnes comptent moins de 10.000 habitants, le gouvernement régional s'est engagé à encourager leur fusion volontaire par le biais d'une reprise des dettes de ces entités, a annoncé mercredi la ministre wallonne en charge des Pouvoirs locaux, Valérie De Bue (MR).

A l'instar de ce qui a été mis en place en Flandre où le nombre de communes passera de 308 à 300 au 1er janvier 2019, la Wallonie encouragera les communes à fusionner entre elles grâce à une reprise de dettes. Le montant maximal pour ce faire a été fixé à 500 euros par habitant avec un plafond de 20 millions d'euros par entité fusionnée, a précisé la ministre.

Si ces montants sont identiques à ceux appliqués en Flandre, le montant total autorisé, lui, est nettement inférieur. Il ne pourra en effet dépasser les 100 millions d'euros, soit la moitié de ce qui est permis au nord du pays.

Afin que ces fusions volontaires soient effectives au renouvellement des conseils communaux après les élections de 2024, les communes intéressées, qui seront encouragées à organiser une consultation populaire au préalable, devront prendre une décision pour le 1er mai 2023 au plus tard, a encore indiqué Valérie De Bue.

"Ces fusions permettront à nos communes d'atteindre des tailles critiques. Toutefois, nous voulions conserver la base volontaire de l'opération en y ajoutant un incitant financier", a-t-elle conclu.

Archives: Clé de l'info sur la fusion des communes 05/10/2017

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK