Un important financier de l'EI a opéré depuis la Belgique

C'est un organisme américain qui l'affirme: l'an dernier, Mushtaq Talib Zughayr al-Rawi, un important financier du groupe terroriste Etat islamique, opérait depuis la Belgique. Concrètement, peut-on lire dans La Libre Belgique ce vendredi, il est accusé par l'OFAC (Office of Foreign Assets Control, le Bureau de contrôle des actifs étrangers) d'avoir blanchi de l'argent pour financer les opérations du groupe terroriste dans le monde entier via des bureaux de change qu'il possède en Irak, en Syrie, en Turquie, au Soudan et dans le Golfe.

Six autres personnes sont aussi dans le collimateur de cet organisme lié au Trésor américain, il s'agit pour l'essentiel de personnes liées au "réseau Rawi", basé en Irak, qui a recours à des circuits traditionnels de paiement informel. Et ce, comme le précise un communiqué de presse du Department of the Treasury américain, "pour contourner le secteur bancaire formel et transférer l'argent du terrorisme pour le compte de l'EI à travers l'Europe, l'Afrique et le Moyen-Orient". Certains individus sanctionnés sont considérés comme les successeurs de Fawaz Muhammad Jubayr al-Rawi, un important financier du groupe djihadiste tué en 2017 en Syrie dans une frappe aérienne par la coalition menée par les Etats-Unis.

Proches de Saddam Hussein

Les membres les plus importants du réseau Rawi ne viennent pas de nulle part, puisqu'ils ont commencé leurs activités au début des années 1990 en aidant le régime de Saddam Hussein à éviter les sanctions qui lui étaient imposées. Comment? En évitant d'avoir recours aux circuits bancaires traditionnels pour acheter et vendre du pétrole. Le réseau Rawi est aujourd'hui utilisé par le groupe terroriste Etat islamique, qui vend et qui achète notamment de l'or pour financer ses activités.

Mushtaq Talib Zughayr al-Rawi, ancien capitaine de la guarde républicaine de Saddam Hussein, avait déjà été emprisonné en 2007 par les forces américaines en Irak, pour les mêmes raisons.

Les sept personnes visées par l'enquête du Trésor américain sont désormais soumises elles-mêmes à des sanctions. Les avoirs et les intérêts de ces personnes sont gelés. Il est aussi interdit à tout ressortissant américain d'entretenir des relations commerciales avec elles.

Alors que l'organisation djihadiste a été chassée de tous les territoires qu'elle contrôlait en Irak et en Syrie, Washington entend assurer sa "défaite durable" en "coupant toutes les sources de financement qui lui restent à travers la planète", a prévenu la sous-secrétaire au Trésor Sigal Mandelker.

Où est-il aujourd'hui?

C'est la question qu'on peut légitimement se poser aujourd'hui, mais pour l'instant, personne en Belgique ne semble vouloir s'exprimer à ce sujet.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK