Un gouvernement en affaires "pseudo-courantes" ?

Yves Leterme le 17 mars dernier à la Chambre
Yves Leterme le 17 mars dernier à la Chambre - © BRUNO FAHY (Archive Belga)

Plusieurs voix critiquent en Flandre le gouvernement d’Yves Leterme, estimant qu’il prend de sérieuses libertés avec les affaires courantes. Elaborer un budget, s’engager dans une guerre ou nommer un nouveau gouverneur de la Banque nationale sont parmi les points qui en fâchent certains.

Interrogé par Het Laatstse Nieuws, l’ancien conciliateur royal sp.a Johan Vande Lanotte, qui est également professeur émérite de droit constitutionnel à l’université de Gand, estime le gouvernement en affaires courantes fait plus que ce que la constitution autorise. Pour lui, on peut admettre l’urgence du budget 2011 (suite aux pressions de l’Union européenne) et de l’intervention en Libye (justifiée par la situation dramatique à Benghazi, la résolution du Conseil de sécurité et l’appui quasi-unanime de la Chambre). Même si Johan Vande Lanotte critique le fait que le vote des parlementaires ait eu lieu alors que les F16 belges étaient déjà en vol vers la Libye. En revanche, la nomination de Luc Coene à la tête de la Banque nationale, pour lui ce n’est clairement pas une affaire urgente. Il évoque des "affaires pseudo-courantes", de même que nous vivons des "pseudo-négociations" pour un nouveau gouvernement. L’ancien conciliateur rappelle que le gouvernement n’a pas de réelle majorité, que l’opposition "n’est pas une vraie opposition" et que les négociateurs n’ont même pas le temps de se rencontrer. Pour lui, cette situation nuit à la démocratie.

Le président de la N-VA Bart De Wever a critiqué mardi soir à la VRT le gouvernement en affaires courantes "qui déclare la guerre et qui établit des budgets pluriannuels. Mais pour le PS, qui se prend pour le plus fort dans le gouvernement, il n’existe dès lors plus de pression en vue d’aboutir à un accord", regrette-t-il.

Quand au parti extrémiste Vlaams Belang, il a introduit une plainte auprès du Conseil d’Etat concernant la nomination de Luc Coene.

A. L., avec De Standaard et la VRT

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK