Collision avec des oiseaux: un F-16 s'écrase à Kleine Brogel

Ce qu'il reste du F16 après le crash
4 images
Ce qu'il reste du F16 après le crash - © RTBF

Personne n'a été blessé dans le crash de l'avion F-16 de l'armée belge qui s'est produit jeudi après-midi à Kleine-Brogel, près de Peer. Le pilote, peu expérimenté, est indemne. Son appareil a pris feu après un "birdstrike".

Le F-16 avait quitté à 14H44 la base de Kleine-Brogel dans le cadre d'un vol d'entraînement. À son retour vers la base, le pilote effectuait des approches à basse altitude. La tour de contrôle a aperçu des flammes à l'arrière de l'appareil.

L'accident s'est produit à 15H01, à environ un kilomètre de la piste, a précisé la Défense. "Le pilote a pu s'éjecter avec succès et a été retrouvé sain et sauf."

L'avion aurait pu entrer en contact avec des oiseaux. C'est ce qu'a dit le pilote lui-même à la tour de contrôle, explique la Défense. Aucun dégât n'est à déplorer au sol.

Le pilote était encore en formation

Le pilote du F-16, âgé de 24 ans, était encore en formation, mais avait presque terminé celle-ci. Au total, il compte à son actif quelque 500 heures de vol, dont 132 heures avec un F-16.

Après s'être éjecté, il a atterri avec son parachute dans un arbre, en hauteur. Il n'a pu descendre de lui-même et a donc fait appel aux services de secours qui l'ont libéré au moyen d'une grande échelle.

L'appareil lui-même a encore volé quelques centaines de mètres avant de s'écraser contre une rangée d'arbres et de prendre feu. Il ne reste plus grand-chose du F-16.

"La situation du birdstrike (collision avec un oiseau) est évidemment rencontrée lors de la formation avec le simulateur de vol. Par an, on compte une douzaine de cas réels, sans issue fatale", a déclaré le général-major Van De Voorde.

Le pilote a manqué de chance, a estimé le colonel Paul Desair, commandant depuis le 3 juillet de la base aérienne de Kleine-Brogel, soulignant que l'oiseau avait percuté le moteur et non le cockpit, ce qui aurait permis à l'appareil de continuer à voler.

Légèrement blessé (il se plaignait de douleurs à l'épaule), le pilote été emmené pour examen à l'hôpital à Overpelt.

Mesures de précaution levées

Le plan catastrophe déclenché après l'accident a été levé vers 17h par le bourgmestre de Peer, Theo Kelchtermans.

La police avait également demandé aux riverains de garder portes et fenêtres fermées, procédure habituelle en cas de crash de ce type d'avion utilisant de l'hydrazine, un carburant de secours hautement toxique.

"L'hydrazine est une sorte de carburant que l'on retrouve dans les F-16. En cas de détresse, cela permet à l'appareil d'encore voler. Le réservoir est intact et nous l'avons récupéré", a déclaré le général-major Claude Van De Voorde jeudi au cours d'une conférence de presse à la base aérienne de Kleine-Brogel.

"Aucune substance toxique ne s'est libérée (dans l'air). En combinaison avec l'oxygène, l'hydrazine s'enflamme immédiatement et cela peut causer alors un nuage toxique. Après le crash, personne n'a finalement été évacué. Une ferme se trouvait à proximité (du lieu de l'accident)", a ajouté le général-major Van De Voorde.

Dix à vingt bombes nucléaires tactiques

Outre deux escadrilles de F-16, la base aérienne de Kleine Brogel abriterait aussi de dix à vingt bombes nucléaires tactiques de type B-61, selon le GRIP (Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité), une information confirmée par Wikileaks mais pas officiellement par le gouvernement belge.

37 accidents de F-16 en près de 35 ans de service

Le F-16, qui célébrera début 2014 le 35ème anniversaire de son entrée en service, a été commandé en 160 exemplaires (136 monoplaces et 24 biplaces) en deux tranches, entre 1975 et 1982.

Trente-sept appareils ont été perdus en près de 35 ans de service en Belgique, en tenant compte de l'avion qui s'est écrasé jeudi après-midi peu avant l'atterrissage sur la base aérienne de Kleine-Brogel (Limbourg).

Ces accidents ont causé la mort d'au moins seize personnes.

 

RTBF avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK