Un déficit de 12 milliards en 2020? Le PS veut un audit du tax shift "en préalable à la formation d'un gouvernement"

Le PS veut un audit du tax shift "en préalable à la formation d'un gouvernement"
Le PS veut un audit du tax shift "en préalable à la formation d'un gouvernement" - © Belga

Le déficit budgétaire va approcher les 2,4 % du PIB en 2020, soit 12 milliards d'euros, 3,3 milliards de plus qu'en 2019, rapporte jeudi La Libre. Cette ardoise salée influe sur les négociations fédérales.

Pour l'ensemble de l'année 2019, les recettes fiscales diminuent de 1,1%, selon les chiffres que le quotidien a pu obtenir. Un déclin qui s'explique par un remboursement d'impôts aux contribuables à la suite d'une modification de calcul, mais aussi par une baisse des recettes fiscales, liée à une baisse de la perception de l'impôt des sociétés. Ces deux postes amoindrissent à eux seuls de près de deux milliards d'euros les finances publiques.

Si l'on sort les calculettes, sur la base des recettes et dépenses pour 2019, on comprend fort bien que le gouvernement en affaires courantes et les négociateurs s'inquiètent, écrit La Libre. Le déficit budgétaire va approcher les 2,4 % du PIB en 2020. En clair, en deux ans, le déficit a été multiplié par presque quatre... L'ardoise approcherait donc les 12 milliards pour cette année, soit plus de 3,3 milliards de plus qu'en 2019.

Le PS a promptement à ces chiffres, qui pourraient avoir un certain impact sur les discussions en vue de la formation d'un gouvernement fédéral.

Dans un communiqué transmis jeudi matin, le PS dénonce "l'ardoise laissée par le Gouvernement précédent", dûe à un Tax Shift qui "n'a jamais été financé" et "des cadeaux aux entreprises sans exiger de contreparties". "Tout ceci a définancé l'État et a gravement mis en danger notre sécurité sociale tout en exposant les catégories sociales les plus vulnérables. Inacceptable pour le PS qui met la correction de cette erreur historique comme une condition de tout éventuel accord de gouvernement", peut-on lire encore dans le communiqué transmis par le porte-parole du président Paul Magnette.

"En préalable à la formation d'un gouvernement, le PS demande un audit du 'Tax Shift'", précise le président du PS et ex-informateur royal, cité dans le texte. "Et il exige le rétablissement des recettes de l'État et l'équilibre de la sécurité sociale. Il est hors de question que les travailleurs, pensionnés et patients soient mis à contribution. Il est urgent de parler de la taxation du capital et des revenus des grosses entreprises."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK