Véhicule fou à Anvers: le point sur une journée qui a ébranlé la ville de Bart De Wever

C'est peu après midi, ce jeudi, que le chef de la police d’Anvers a déclaré qu’à 10H45 heures, un véhicule s’était introduit dans le centre ville, sur le Meir, le vaste piétonnier commercial de la métropole flamande, interdit à la circulation. 

Alors qu'il roulait à grande vitesse, obligeant les promeneurs à s'écarter sur son passage, des militaires ont tenté de l’intercepter, mais la voiture immatriculée en France a brûlé un feu est s’est dirigée vers les quais.

C'est à proximité du SintMichielskaai que le véhicule a été intercepté par la police prévenue par les militaires. Son conducteur a été privé de liberté. On n'a déploré aucun blessé.

Plus tard dans la journée, on a appris que le suspect interpellé était sous l'influence de l'alcool et en possession de stupéfiants.

Une conférence de presse en début d'après-midi

Au terme de la conférence de presse, le bourgmestre d’Anvers Bart De Wever a précisé que des forces supplémentaires avaient été déployées par la police et par l'armée dans les zones sensibles.

Au vu des premiers éléments recueillis et compte tenu de ce qui s’est passé la veille à Londres, c'est le parquet fédéral qui a été chargé du dossier.

Le service de déminage à l’œuvre

Après l'arrestation de l'individu, un robot des services de déminage de la Défense (services d’enlèvement des explosifs) a été appelé sur place pour retirer tout ce qu’il y avait dans le coffre du véhicule de marque Citroën, "différentes armes ont été découvertes" précise le parquet fédéral: "des armes blanches, un riot gun et un bidon". L'homme serait déjà connu de la police pour détention d'arme prohibée.

Le véhicule intercepté a été évacué vers 15h00 et emmené pour inspection. Le périmètre de sécurité a ensuite pu être levé.

La course poursuite dans les rues d'Anvers

La carte montre les étapes de la course poursuite.

  1. Le véhicule s’introduit sur le piétonnier d'Anvers à grande vitesse, obligeant les promeneurs à s'écarter sur son passage.
  2. Les militaires essaient d'intercepter le conducteur, mais il réussit à poursuivre sa route vers les quais de l'Escaut
  3. L'homme est finalement intercepté à hauteur du quai Saint-Michel

Portrait du conducteur : dealer ou terroriste? 

Le Parquet fédéral précise que "le team d’intervention rapide de la police d’Anvers a pu intercepter le véhicule et le conducteur a été privé de liberté." Il s’agit de Mohamed R., né le 8 mai 1977 (39 ans), de nationalité française et domicilié en France. Il possède une adresse à Lens.

D'après nos informations, le conducteur était sous l'influence d'alcool. Son état est tel qu'il ne peut pas être interrogé par la police à ce stade. Il a été placé en cellule de dégrisement. Il était également en possession de stupéfiants.

Il serait connu pour des délits mineurs commis en France, mais il n'était pas fiché S (liens avec des activités terroristes). Il était lié à des trafics de drogue ce qui pourrait expliquer sa présence à Anvers. L'hypothèse des services français est que l'homme était en état d'ébriété et qu'il aurait cherché à échapper à un contrôle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK