Accord sur la sortie du nucléaire: le futur gouvernement se donne 6 mois

L'accord confirme d'abord le choix opéré en 2003, de faire à moyen terme sortir la Belgique du nucléaire.

Mais le futur gouvernement évitera la précipitation. L'accord reste prudent et ne donne pas de date. Le gouvernement se donne ainsi six mois pour analyser les capacités énergétiques du pays et demander aux acteurs de s'engager et d'investir.

A l'issue de ces six mois, le gouvernement décidera si la Belgique est capable d'assumer, en terme d'approvisionnement électrique, la fermeture des trois premiers réacteurs nucléaires prévue pour 2015. Si la réponse est non, les trois réacteurs seront maintenus en activité le temps qu'il faudra.

Autre point de l'accord : le montant de la taxe nucléaire sera fortement relevé, sans autre précision. Pour l'instant, elle s'élève à 250 millions d'euros. Et d'après l'accord, l'argent ainsi obtenu sera entre autres affecté dans les éoliennes en Mer du nord et dans l'amélioration de l'efficacité énergétique des bâtiments publics fédéraux.

Enfin, pour le consommateur, le prix de l'énergie devrait être mieux contrôlé à l'avenir. La CREG, la commission de régulation de l'électricité et du gaz, se verra confier un rôle accru puisque toute modification de tarif devra recevoir l'aval de la Commission de régulation de l'électricité et du gaz. 

M. Sirlereau

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK