Un accord est intervenu sur un meilleur statut pour les médecins assistants, mais la grève est maintenue

Un accord est finalement intervenu au sein de la commission nationale médecins-hôpitaux pour accorder un statut social "digne de ce nom" aux médecins assistants, communique le cabinet du ministre de la Santé Franck Vandebroucke ce mercredi soir. Frank Vandenbroucke a déclaré ce mercredi soir dans un communiqué: "Chaque partie y a mis du sien. L'accord médico-mut prévoyait 10 millions pour les Macs. Les hôpitaux ont aussi fait un dernier effort dans la dernière ligne droite. Je me suis engagé au nom du gouvernement à dégager 20 millions supplémentaires".

Mais le Comité interuniversitaire des médecins assistants candidats spécialistes (Cimacs) affirme ne pas être d'accord et maintenir la grève prévue jeudi.

Augmentation de salaire

L’accord conclu prévoit deux phases. La première phase concerne un contrat de travail uniforme pour l’ensemble des MACS dès le 1er août prochain.

Parmi les avancées obtenues:

  • Une augmentation salariale d’environ 10% via le salaire de base et les prestations de garde. 
  • Un salaire de base: 3212,92 euros bruts (1ère année), indexé chaque année au 1er janvier et augmenté chaque année pour atteindre 3761,92 euros bruts en fin de formation. 
  • Une rémunération à 110% du salaire de base pour le temps de travail supplémentaire 
  • Une rémunération à 125% du salaire de base pour les gardes de nuit 
  • Une rémunération à 150% pour les week-ends et jours fériés  
  • Un forfait de 50 euros par période commencée de 12 heures pour les gardes rappelables entre 8h et 20h 
  • La garantie des 20 jours de congé légaux + 10 jours fériés, avec possibilité de prendre au moins 10 jours de congé ininterrompus.  
  • Le respect du temps de travail: l’horaire du mois est communiqué au MACS au moins quatre semaines avant le début du mois et le temps de travail est enregistré dans un outil conçu à cette fin. 
  • garantie de la protection durant la grossesse: à partir de 26 semaines de grossesse, la MACS ne peut plus effectuer de prestations entre 20h et 8h du matin, ne peut plus être exposée à des rayons ionisants et ne peut plus participer à des interventions du SMUR. Elle ne peut plus travailler plus de 12 heures d’affilée.     
  • congé palliatif 
  • salaire garanti à partir d’un mois d’incapacité de travail 

Encore des améliorations à discuter

Dans une deuxième phase, la commission paritaire poursuivra le travail, pour:

  • Améliorer leur protection sociale, avec notamment une assimilation des années d’assistanat dans le calcul de leur pension 
  • Créer des stimuli financiers pour les disciplines en pénurie 
  • Revoir la composition de la Commission paritaire nationale en les incluant 
  • Poursuivre l’amélioration et l’harmonisation de leurs conditions de travail

Nous n'avons pas été écoutés

Les médecins assistants candidats spécialistes avaient annoncé plus tôt qu'ils feraient grève jeudi à partir de 08h00 dans les hôpitaux. "Nous n'avons pas du tout été écoutés", avait regretté le président du Comité interuniversitaire des médecins assistants candidats spécialistes (Cimacs), Jean-Michel Mot, après avoir quitté la réunion organisée dans le cadre de la commission paritaire médecins-hôpitaux.

Nous n'avons pas du tout été écoutés


►►► À lire aussi : Les conditions de travail des jeunes médecins dangereuses pour eux-mêmes et leurs patients


Interrogé mardi à la Chambre, Frank Vandenbroucke avait rappelé son intention de libérer des moyens supplémentaires afin de faciliter la conclusion d'un accord avec les fédérations hospitalières, au-delà des 10 millions d'euros prévus dans l'accord médico-mutualiste. "En pleine crise sanitaire, je suis particulièrement content qu'un accord ait pu intervenir pour un dossier qui traînait depuis tant d'années", s'est aussi félicité le ministre de la Santé. 


A lire aussi Gardes non rémunérées, heures supplémentaires… Les médecins assistants auront-ils la revalorisation qu'ils espèrent ?


 

Un secteur hospitalier satisfait

Les hôpitaux belges se sont dits satisfaits, mercredi soir, de l'accord conclu au sein de la Commission nationale paritaire médecins-hôpitaux sur les conditions de travail et la protection sociale des médecins spécialistes en formation.

Cet accord équilibré représente un grand pas en avant

"Par rapport au statut actuel des médecins spécialistes en formation, cet accord équilibré représente un grand pas en avant. Il existe désormais un cadre uniforme pour les médecins en formation dans tous les hôpitaux belges, ce qui est une avancée positive", indiquent les fédérations hospitalières dans un communiqué commun.

L'invité dans l'actu - MAP du 19/05/2021: grève des médecins assistants

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK