Ukraine: le Conseil de l'ONU se réunit en urgence ; Ban Ki-Moon se dit inquiet

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé samedi au calme immédiat et au dialogue pour résoudre la crise en Ukraine, juste avant une nouvelle réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies sur ce sujet. M. Ban est "profondément inquiet" de la situation en Ukraine et parlera par téléphone des derniers événements directement avec le président russe Vladimir Poutine, a déclaré à la presse le porte-parole du secrétaire général de l'ONU, Martin Nesirky.

"Le secrétaire général veut parler au président Poutine pour lui exprimer ses inquiétudes. Mais aussi pour entendre directement du président Poutine son évaluation de la situation", a-t-il insisté. Le Conseil de sécurité doit tenir de nouvelles consultations à huis clos samedi après-midi à New York sur la situation en Ukraine et en Crimée. Cette réunion, la deuxième convoquée en urgence en deux jours sur ce dossier, rassemble les ambassadeurs des 15 pays du Conseil, à la demande du Royaume-Uni après la menace d'intervention militaire russe brandie par Moscou.

Après une réunion vendredi du Conseil, Ban Ki-moon avait ordonné à son émissaire Robert Serry, en visite à Kiev depuis plusieurs jours, de se rendre en Crimée pour tenter une médiation. Mais M. Serry a annoncé samedi qu'il annulait cette mission en Crimée en raison des tensions rendant impossible toute visite de la région.

Selon un diplomate du Conseil, dans ces circonstances, il sera "extrêmement difficile de trouver une position commune" au sein du Conseil entre Occidentaux et Russes, et le Conseil pourrait ne pas publier de déclaration à l'issue de sa réunion.

L'OTAN appelle au respect de l'intégrité territoriale de l'Ukraine

S'exprimant via Twitter, le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen a appelé samedi soir la Russie à indiqué que "La Russie doit respecter la souveraineté de l'Ukraine, son intégrité territoriale et ses frontières, notamment en ce qui concerne les mouvements de forces russes en Ukraine".

Les 28 pays membres sont "en train de se coordonner étroitement à propos de la situation en Ukraine", a ajouté M. Rasmussen, alors que l'armée ukrainienne a été mise samedi en état d'alerte, selon le président par intérim Alexandre Tourtchinov.

Le ministre lituanien des Affaires étrangères Linas Linkevicius a, pour sa part, réclamé que l'Otan discute, lors d'une réunion du Conseil de l'Atlantique nord, de la situation en Ukraine. Il a évoqué l'article 4 du traité de Washington, fondateur de l'Alliance atlantique, qui stipule que les alliés "se consulteront chaque fois que, de l'avis de l'une d'elles, l'intégrité territoriale, l'indépendance politique ou la sécurité de l'une des parties sera menacée".

 

2 images
Catherine Ashton appelle Moscou à "promouvoir ses vues par des moyens pacifiques". © GEORGES GOBET - BELGAIMAGE

Catherine Ashton déplore l'intervention armée

"Je déplore la décision de la Russie d'utiliser des forces armées en Ukraine", a indiqué Catherine Ashton, tout en appelant Moscou à "promouvoir ses vues par des moyens pacifiques. L'unité, la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine doivent être respectées toujours et par tous."

"Toute violation de ces principes est inacceptable. Plus que jamais la retenue et le sens des responsabilité sont nécessaires", a-t-elle ajouté.

Catherine Ashton a félicité le gouvernement ukrainien de transition pour sa "réponse mesurée" aux développements "extrêmement inquiétants" en Crimée au cours des derniers jours. La chef de la diplomatie européenne a convoqué pour lundi à Bruxelles un Conseil extraordinaire des ministres des Affaires étrangères sur la situation en Ukraine. Après la réunion à Bruxelles, Catherine Ashton doit rencontrer le ministre russe des Affaires Etrangères, Sergueï Lavrov, et se rendre à Kiev mercredi.

Le Premier ministre britannique David Cameron a déclaré samedi qu'il n'y avait pas de justification à une intervention armée en Ukraine après que le Parlement russe a approuvé le déploiement de troupes dans ce pays."Chacun doit réfléchir soigneusement avant d'agir et travailler pour réduire les tensions et non les aggraver. Le monde nous regarde", a-t-il ajouté.

Didier Reynders : "Le dialogue est la seule solution"

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders appelle la Russie et le président Vladimir Poutine à respecter toutes les régions internationales et à "rester calme". Il a demandé au Conseil européen des affaires étrangères de se réunir afin d'aboutir à une position européenne commune. Une réunion est justement prévue lundi.

"Nous suivons la situation heure par heure et nous sommes préoccupés par l'évolution en Ukraine et à Moscou", explique Didier Reynders. "Nous demandons une application correcte des règles internationales." Le ministre a indiqué qu'une solution "ne peut être trouvée qu'à travers un dialogue. Un dialogue en Ukraine mais également en collaboration avec Moscou."

RTBF et agences

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK