Tueurs du Brabant: la famille Palsterman lance un crowdfunding pour une enquête indépendante

Les proches d'une des victimes des Tueurs du Brabant, Diederik et Nathalie Palsterman, ont lancé un crowdfunding pour financer une équipe de recherche qui n'écarterait aucune piste dans l'affaire des Tueries du Brabant. "Nous souhaitons qu'il y ait une enquête indépendante pour l'ensemble du dossier long de trois millions de pages", indiquent-ils.

Diederik Palsterman et son père, qui a été abattu, se trouvaient au Delhaize d'Alost le 9 novembre 1985 lors du braquage du magasin par les tueurs du Brabant.

"Après plus de trois décennies de manipulations, de manœuvres et de retardements, nous avons perdu toute confiance en la justice. Nous avons besoin d'une équipe de spécialistes indépendants tels que des analystes, des traducteurs, des professeurs, des avocats et des experts de qualité pour éplucher comme il se doit les trois millions de pages du dossier", ont souligné les proches.

250.000 euros nécessaires pour leur crowdfunding

L'enquête pour déterminer les auteurs est jugée de "qualité insuffisante" par Nathalie Palsterman. "Cela fait 32 ans qu'il y a des manquements. Des pistes importantes ont été entravées et il existe des preuves que des membres de certains corps ont été protégés. Il est clair qu'il est ici question de manipulation. Et en tant que victime, c'est encore plus grave car nous ne connaissons pas les auteurs. Nous commençons à nous poser beaucoup de questions: qu'est-ce qui se cache derrière tout ça et pourquoi? "

Le fait qu'il y ait de nouveaux enquêteurs n'inspire pas davantage de confiance à la famille Palsterman. "Il fut un temps où près de 100 personnes travaillaient à ce dossier. Nous y avons déjà eu droit durant ces 32 années et nous avons assez donné. Nous souhaitons à présent une enquête indépendante, coordonnée par notre avocat (Walter Van Steenbrugge, ndlr). Nous ne pouvons pas assumer les frais d'une telle enquête, c'est pourquoi nous avons lancé un crowdfunding. Toute personne souhaitant nous soutenir peut le faire."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK