Tueurs du Brabant: Jean-Marie Tinck reste en prison

Le présumé tueur continue de nier la véracité de ses confidences
Le présumé tueur continue de nier la véracité de ses confidences - © RTBF

La justice a confirmé sa détention préventive pour un mois. Parallèlement l’enquête se poursuit et on en sait un peu plus sur ce qui se passe. Les soupçons qui pèsent sur Jean-Marie Tinck sont très lourds.

Ce qui accuse Jean-Marie Tinck , c’est avant tout ses déclarations. Car elles sont extrêmement graves : il s’est accusé d’avoir participé, après avoir reçu une formation militaire, à des braquages où des enfants ont été tués. Ce qui signifie en clair une possible implication dans les tueries du Brabant les plus sanglantes, celles de 1985 à Overijse et Alost.

Autant dire que les enquêteurs ne le lâcheront pas tant qu’ils ne sont pas absolument persuadés que Jean-Marie Tinck a menti à ceux à qui il a fait ses confidences. Et là encore, il semble bien que l’inculpé soit assez peu convaincant pour expliquer les circonstances qui l’auraient amené à mentir. Car quel profit peut-on espérer tirer de propos dans lesquels on s’implique dans des meurtres d’enfants, des actes proscrits dans le "milieu" traditionnel.

Si l’on ajoute que l’ADN retrouvé sur la veste du taximan Angelou tué en janvier 83 présenterait des points de correspondance qui ne permettent pas d'exclure une participation de l’inculpé, on comprend que Jean-Marie Tinck reste pour les enquêteurs le suspect numéro 1 du moment. D’autres devoirs sont en cours pour tirer tout cela au clair.

Patrick Michalle

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK