Tuerie de Liège: impossible de prévoir l'action de Benjamin Herman, selon un rapport des Comités P et R

Rien ne permettait de prévoir le passage à l'acte de Benjamin Herman, qui a tué deux policières et un étudiant, le 29 mai 2018 à Liège sur le boulevard d'Avroy. Aucune faute n'a été commise par les services de police et de renseignement dans leurs collecte et échange d'informations. Ce sont les principales conclusions du rapport du Comité P, la police des polices, sur la tuerie de Liège.

La commission des travaux des comités R et P s'est réunie ce matin, révélant les résultats de leur enquête sur la tuerie de Liège. Ce rapport est consacré plus précisément aux circonstances qui ont permis à Benjamin Herman d'obtenir son congé pénitentiaire, la veille des faits, sans éveiller l'attention des services de police et d'analyse de la menace.

Les informations ont correctement circulé entre les différents services de police et de renseignements, et elles ont circulé selon les règles, conclut l'enquête. Ces informations étaient limitées en nombre, sommaires et peu alarmantes, et quand le nom de Benjamin Herman est cité, il n'est pas la cible principale des documents. L'OCAM ne pouvait pas conclure que ce détenu allait être une menace. En n'empêchant pas le dernier congé pénitentiaire de Benjamin Herman, les services de sécurité n'ont donc pas manqué à leur devoir expose ce rapport des comités P et R.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK