Comment trois Verviétois sont partis vers la Syrie

Source: Netlog
Source: Netlog - © Tous droits réservés

C'est l'histoire de Redouane qui a mis en lumière le départ de Verviétois pour la Syrie. Redouane est un Verviétois d'une vingtaine d'année. Il devait se rendre au Maroc pour rejoindre une partie de sa famille, mais il n'est jamais arrivé à destination. Le dimanche 26 janvier, son père, inquiet, a donc décidé de se rendre dans un commissariat de police de Verviers pour faire part de la situation. Il venait d'avoir son fils au téléphone et Redouane était en Turquie. Son père le soupçonne de vouloir rejoindre la Syrie.

Marc Elsen, Bourgmestre de Verviers et Président de la zone de police Vesdre, précise: "Ce père s'est effectivement présenté ce week-end dans un commissariat pour signaler la disparition de son fils. C'était de cela qu'il s'agissait au départ. Avec un certain nombre de craintes, comme celle d'une expatriation. Il a notamment évoqué la Syrie. Les faits en sont là aujourd'hui. Vous imaginez bien que, au niveau des services de police, on investigue. C'est le genre de situations auxquelles nous sommes attentifs depuis très longtemps".

Trois dossiers dans les mains du parquet fédéral

Ce n'est pas le premier cas du genre à Verviers. Le parquet de Verviers a déjà transmis des dossiers au parquet fédéral.

Christine Wilwerth, Procureur du Roi de Verviers, affirme que "deux dossiers ont été envoyés il y a quelques mois au parquet fédéral et que, ce lundi, le parquet fédéral a été immédiatement saisi d'un troisième dossier".

Le Bourgmestre de Verviers nous a confirmé que les deux premiers dossiers concernent des citoyens verviétois d'origine tchétchène. Selon les autorités, rien ne permet cependant aujourd'hui de parler de filière, mais les questions liées au radicalisme et au terrorisme sont des priorités.

Selon Marc Elsen,"il ne faut pas nier qu'il y a certains discours extrémistes, notamment dans la jeunesse, mais il ne faut pas leur donner une importance excessive. Il faut d'abord travailler à la base avec les milieux où la pensée se construit. Nous travaillons aussi, par exemple, avec les mosquées. Et par rapport aux mosquées, je tiens à dire que beaucoup de contacts que nous avons sont positifs et constructifs car ce sont des contacts avec des personnes qui se sentent responsables et citoyennes. Il n’empêche qu'il y a des mosquées où il y a plus de propos qui pourraient alarmer et nous avons un œil dessus évidemment, c'est important".

La Ministre de l’Intérieur, Joëlle Milquet, estime, elle, qu’il n’y a pas lieu de commenter ces départs. Elle indique qu’il faut laisser la justice faire son travail.

Les enquêtes sont cours du côté du parquet fédéral.

Eric Destiné

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK